Réouverture de l’église de Naïm

Nouveaux horaires d’ouverture, un petit couvent et la possibilité de célébrer des messes : telle fut l’annonce faite par Fr. Salem Younes concernant l’église de Naïm, en Galilée. Il y a deux mois environ, ce franciscain a été nommé responsable de l’église où - selon l’Evangile de Luc - Jésus ressuscita le fils d’une mère veuve. Le petit village de Naïm se situe sur le versant sud du Giabal Dahi en Galilée, et compte quelque 2000 habitants de religion musulmane.
Au IVème siècle, un témoignage d’Eusèbe de Césarée indique déjà la présence d’une église, mais après abandons successifs et reconstructions, l’église actuelle fut bâtie seulement en 1881.

Après les dernières restaurations remontant à une dizaine d’années, l’église avait été fermée pour n’être ouverte qu’occasionnellement. Le Chapitre de la Custodie de cette année a décidé de nommer un responsable qui puisse travailler à la réouverture de l’église. Ainsi, un frère de la Custodie, Fr. Salem, est venu d’Emmaüs Al-Qubeybeh à la fraternité du Mont Thabor, dont dépend Naïm. 
« Quand je suis arrivé ici pour la première fois, sur le terrain de la Custodie, il y avait de l’herbe haute et beaucoup d’ordures - raconte Fr. Salem -. J’ai eu un moment de découragement. Je n’en dormais pas la nuit, tant ma pensée se focalisait sur ce que j’aurais dû faire. J’ai compris que je devais avant tout nettoyer tous les alentours de l’église ». La phase suivante a été la clôture du terrain, mais le travail vient à peine de commencer. « Nous avons le projet de construire un petit couvent pour donner aux frères la possibilité de résider ici et d’accueillir chrétiens locaux et pèlerins qui désirent tant ce lieu - poursuit le frère -. Nous voulons dire à tout le monde que, maintenant déjà, l’église est ouverte et rien ne manque, si on veut la visiter. Pour le moment, il n’y a ni sacristie, ni parements, mais on peut y célébrer la messe en apportant le nécessaire ». 

L’espoir pour l’avenir est que l’église de Naïm puisse rester ouverte tous les jours, comme les autres sanctuaires de Terre Sainte. Fr Salem a déjà commencé à répandre la nouvelle parmi les guides locaux et il s’est proposé comme point de référence pour tous ceux qui désirent visiter le lieu. Pendant ce temps, deux chrétiens de Nazareth et Tarshiha travaillent sur le projet du petit couvent de l’église. « Je considère l’église de Naïm comme ce miracle que fit Jésus - affirme Fr. Salem -. Je l’appelle ‘‘l’église qui sera portée des ténèbres à la lumière’’, car elle était toujours fermée, dans le noir et nul ne la voyait, nul ne la connaissait. Maintenant, nous voulons la ramener de la mort à la vie, tout comme le fils de la veuve. Espérons qu’elle puisse rester toujours ouverte et remplie de pèlerins ».

Les habitants de Naïm attendent eux aussi avec joie la réouverture permanente de l’église, qui a toujours été respectée, à tel point qu’à proximité de l’église, se trouve un cimetière musulman. « Une fois, j’ai parlé avec l’imam de la mosquée en face d’ici, et avec les voisins et ils m’ont expliqué pourquoi il y avait ce cimetière musulman - explique Fr. Salem -. Ils confessent eux aussi qu’il y a eu un miracle de Jésus ici et c’est pourquoi, ils ont enterré leurs enfants ici, dans l’espérance de la résurrection. Ce récit m’a beaucoup touché ».

Au moment des premières observations, de nombreuses personnes ont filmé et partagé la nouvelle de la réouverture sur les réseaux sociaux. Fr. Salem en est certain : « Si beaucoup de personnes viennent à Naïm, la vie même du village en sera changée ».


Beatrice Guarrera