La technologie au service de l’enseignement académique de l’Écriture Sainte

Le Studium Biblicum Franciscanum  est une institution scientifique destinée à la recherche et à l’enseignement académique de l’Écriture Sainte et de l’archéologie des pays bibliques.

 

Il fut fondé par la Custodie franciscaine de Terre Sainte en 1901 et fonctionne sans interruption depuis 1924.

 

Mais l’institution désormais séculaire, dont le siège est au couvent de la Flagellation, a dû introduire des adaptations jamais imaginées auparavant.

 

Fr. CLAUDIO BOTTINI, ofm

Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Cela fait plus de 42 ou 43 ans que je vis ici, et l’enseignement a commencé il y a 40 ans, en janvier 1980, et donc, cette année, j’ai eu la joie, mais aussi la surprise, de conclure mon enseignement avec un cours sur l’œuvre de Luc – c’est-à-dire le troisième évangile, l’Évangile selon Saint Luc, et les Actes des Apôtres – avec laquelle, j’ai commencé il y a 40 ans. La surprise a été de faire une partie des leçons en ayant les étudiants en classe, et une seconde partie en faisant les leçons sur Skype. »

 

Le SBF a fermé ses portes, mais son activité continue selon un rythme élevé grâce aux leçons en ligne. Un défi pour les professeurs et les étudiants.

 

Fr. ROSARIO  PIERRI, ofm

Doyen du Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Nous avons pris des décisions de façon progressive, au fur et à mesure que l’on prenait conscience de la gravité du fait, de l’épidémie. Naturellement, avoir les étudiants en classe, c’est tout autre chose. Au moins, en ce qui me concerne, mais aussi pour la matière que j’enseigne, je préfère avoir une relation directe plus vivante parce que je peux poser des questions. Vous pouvez faire les mêmes choses en ligne, mais il faut beaucoup plus de temps. »

 

Dans l’activité didactique, le SBF accorde une attention particulière aux langues bibliques : hébreu, araméen, grec...

 

Fr. MASSIMO PAZZINI, ofm

Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Les leçons d’hébreu en ligne nécessitent d’avoir un texte, tant pour moi que pour les étudiants, dans les mains et sous les yeux, de sorte que vous savez exactement ce que vous faites. Grâce à Dieu, on peut enseigner aussi les langues avec ces nouveaux systèmes digitaux, et je dois dire que je suis assez heureux. »

 

Don MAURO EVANGELISTA

Étudiant au Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Avec les leçons en ligne, nous n’avons trouvé aucune difficulté. Certes, il faut partir du principe que la leçon est différente. Mais on a la possibilité d’avoir le même tutorat, la possibilité de garder le professeur, la même possibilité d’être suivi par lui. Il manque clairement le contact qu’il y a en classe ; il y a des choses qui doivent être organisées d’une autre manière. Mais il est certain que la qualité n’a pas diminué ; au contraire, à certains égards, on peut même dire que la qualité a augmenté. Cela tien beaucoup aussi au professionnalisme des professeurs, à leur compétence et à la façon dont ils ont abordé cette nouvelle situation. »

 

Mais les nouvelles ne s’arrêtent pas là.

 

Fr. ROSARIO  PIERRI, ofm

Doyen du Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Trois soutenances de thèses ont eu lieu au cours des trois derniers jours, dont une a eu lieu ici – parce que les professeurs et l’étudiant habitent ici – et deux en ligne, et elles se sont très bien passées. En somme, il y a cette réponse de notre part ; naturellement, nous espérons que cette situation passe le plus vite possible. »

 

Mardi 21 avril, l’étudiant Federico Claure a soutenu une thèse de Licence en Sciences Bibliques et Archéologie, avec le jury Pazzini – Geiger. Il s’agit de la première soutenance qui s’est tenue en ligne, à cause de l’urgence sanitaire ; le jury était réuni dans l’Aula III, pendant que le candidat était connecté depuis Assise.

 

Une soutenance de thèse a également eu lieu en ligne, avec le professeur Demirci, connecté dans son couvent, et la candidate, connectée depuis les ruines de la synagogue antique de Magdala, cadre parfait pour le contenu de la thèse qui a été soutenue. Et, imprimée sur le visage de Fr. Eugenio Alliata, la satisfaction est évidente...

 

JOHANNA

Regnum Christi

« C’était une chose vraiment inattendue, mais c’était une très belle possibilité de la Providence. J’ai parlé de la fonction de la synagogue au premier siècle, ici à Magdala : le projet élaboré ici, avec les professeurs et les cours que j’ai suivi au Studium Biblicum, m’a inspiré pour ma thèse. C’était vraiment un don de la Providence. »

 

Fr. MASSIMO PAZZINI, ofm

Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« Il y a deux jours, nous avons fait notre premier essai en ligne et je craignais un peu quant à sa bonne réussite. On craint pour la qualité des images, pour l’audio, la vidéo. En réalité, c’était une chose très belle. Nous avons réussi à faire quelque chose de très normal ; nous avons même pris la photo finale : les deux professeurs – le directeur/modérateur et le rapporteur de la thèse – et au milieu, l’écran de l’ordinateur où il y avait l’étudiant. »

 

Fr. CLAUDIO BOTTINI, ofm

Studium Biblicum Franciscanum – Jérusalem

« C’était une surprise choquante à certains égards, je ne l’aurais jamais imaginé, je crois, comme la plupart des gens d’aujourd’hui. Cependant, j’ai vu avec surprise comment, les jeunes surtout, les confrères plus jeunes et aussi les étudiants, sont capables de s’adapter. »