Fr. Patton: “Le pèlerinage de la prière est maintenant nécessaire”

«Il y a un moment pour tout et un temps pour chaque chose sous le ciel”, dit le Qohélet. Il y a quelques semaines, nous avons signalé le grand nombre de pèlerins présents en Terre Sainte ; leur croissance était bien visible dans les rues et les sanctuaires.»

Quelques semaines plus tard, le scénario et les statistiques sont très différents en raison de la propagation du Coronavirus en Israël et en Palestine. Une baisse drastique enregistrée par le Franciscan Pilgrims Office de Jérusalem : depuis le 12 mars et jusqu’à une date indéterminée, le bureau, qui se trouve à l’intérieur du Christian Information Center, a annulé toutes les messes réservées par les groupes de pèlerins dans tous les sanctuaires de la Terre Sainte. En janvier et février, il y avait encore des milliers de célébrations, en mars, leur nombre est tombé à zéro.

Fr. Francesco Patton, Custode de Terre Sainte, commente ainsi la dure réalité qui a vu les lieux saints habituellement surpeuplés se vider en peu de temps.

Fr. FRANCESCO PATTON, ofm
Custode de Terre Sainte
«C’est la sensation d’un moment dramatique, clairement d’un moment d’urgence, parce cette réalité ne s’est présentée ces dernières années uniquement que lorsque c’était des moments de guerre, des moments de danger physique. Maintenant, le danger est dû à ce virus, qui est désormais répandu dans le monde entier, et il est juste, en ce moment, de protéger la santé des personnes. Il est juste de suspendre temporairement les pèlerinages, et il est juste aussi que nous priions dans les lieux saints pour tous ceux qui ne peuvent venir les visiter, pour tous ceux qui souffrent à cause de la pandémie, pour tous ceux qui donnent leur vie pour assister les malades. Nous prions, parce que ce sont de toute façon des lieux qui nous ramènent au mystère du salut et à tant de guérisons que Jésus a opéré.»

«À Capharnaüm – explique le Custode – jusqu’à il y a quelques jours, des milliers de personnes arrivaient chaque jour et maintenant le site est vide. Mais c’est là que Jésus a rendu la vie à la fille de Jaïre, c’est le lieu où Jésus a guéri la femme qui était atteinte d’une hémorragie et où il a prononcé le beau discours sur le pain de vie…nous rappelant que celui qui croit en lui et le reçoit est déjà dans une autre dimension qui, avec le vocabulaire de l’évangile, s’appelle le vie éternelle».

Aussi, la Custodie de Terre Sainte, ainsi que l’a déjà fait le Pape François, propose de continuer à rendre accessibles les célébrations en direct, grâce à l’aide de la technologie.

Fr. FRANCESCO PATTON, ofm
Custode de Terre Sainte
«Cela permet aux personnes de maintenir un contact. Ceux qui sont venus ici comme pèlerins peuvent en quelque sorte revoir ces lieux, s’unir spirituellement aux célébrations qui ont lieu ici. Pour nous, il est fondamental de vivre la dimension de la prière et du mystère que chacun de ces lieux porte en lui, à partir des plus importants, comme le Saint-Sépulcre ou Bethléem, qui est temporairement fermée. Pour nous, il est fondamental de célébrer, prier, se souvenir que Dieu est venu parmi nous en son fils Jésus et que, dans son fils Jésus, il a vaincu le mal, tant le mal physique que les maladies ou la mort.»

Fr. Francesco Patton propose un autre type de pèlerinage, un pèlerinage qui peut se faire même enfermé dans la maison, en parcourant ces lieux que la parole de Dieu présente au cours de ces semaines.

Fr. FRANCESCO PATTON, ofm
Custode de Terre Sainte
«Il est important que nous fassions un pèlerinage d’un autre genre, qui est le pèlerinage de la prière, une des dimensions très fortes d’un pèlerinage. Une prière constante, quotidienne, incessante, pour que la pandémie cesse et pour qu’un remède soit trouvé, et une prière incessante pour les malades, les infirmiers, les médecins et pour les personnes qui souffrent.»

 

Christian Media Center