800 ans de la rencontre entre Saint François et le Sultan

Depuis le 30 septembre, au couvent de Saint Sauveur (siège à Jérusalem de la Custodie de Terre Sainte), a lieu une série de conférences pour célébrer la rencontre entre le Pauvre d’Assise et le Sultan Al-Malik al-Kâmil.

Durant la première journée, un groupe important de participants a accueilli les intervenants ; ces derniers vont se succéder pour « fonder et documenter historiquement que la rencontre a eu lieu en en Égypte afin de donner un fondement aux célébrations elles-mêmes » a dit Fr. Narcyz Klimas, vice-archiviste de la Custodie et organisateur du colloque. « Nous avons commencé à penser à ce colloque l’an dernier déjà » a commenté Fr. Klimas « et nous ne  nous attendions pas une participation si conséquente, signe autant de l’intérêt, que de l’actualité des thèmes choisis ». 

Différentes rencontres se succèderont ces jours-ci. En commençant par l’approfondissement des sources arabes par le Dr. Bartolomeo Pirone, professeur de Langue et Littérature Arabe, jusqu’à l’étude des sources croisées et occidentales par le Dr. Antonio Musarra, médiéviste. Les jours suivants, Mgr Felice Accrocca, évêque de Bénévent, fera une analyse sur la base des sources franciscaines, et le Dr. Musarra traitera de la « translation franciscaine des Lieux Saints » reliant ainsi Greccio à Bethléem, le Calvaire à La Verne, avec un focus sur le Pardon d’Assise.

L’événement central aura lieu mercredi 2 octobre, avec deux conférences dans la matinée. La première du cardinal Leonardo Sandri, Préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, sur le sens actuel de la rencontre entre Saint François et le Sultan dans le magistère et les gestes du pape François ; et la deuxième du Secrétaire Général de l’Ordre des Frères Mineurs, Fr. Giovanni Rinaldi, qui introduira une actualisation pour l’Ordre des Frères Mineurs, liée à la présence en Terre Sainte. Il faut souligner la visite et la rencontre avec Muhammad Ahmad Hussein, Grand Mufti de Jérusalem, dans les locaux de la Mosquée Al-Aqsa, et dans l’après-midi du 3 octobre la célébration du Transit de Saint François qui ouvrira les festivités pour célébrer le saint. 

Pendant cette semaine, des représentants des autres confessions chrétiennes seront aussi présents. En particulier pour les vêpres : lundi, les représentants des Églises orthodoxes y participeront ; le lendemain, les représentants des Églises protestantes et, mercredi, ceux des Eglises catholiques orientales.

« L’objectif est de faire mémoire de cette rencontre » a commenté Fr. Francesco Patton, Custode de Terre Sainte « mais ce n’est pas un objectif lié seulement à un regard vers le passé car cette rencontre, qui a eu lieu il y a 800 ans, reste fondamentale pour dépasser la logique du conflit entre civilisations. Ce colloque pourrait spécialement nous aider à actualiser le message de la rencontre, en poursuivant ce qu’a proposé le pape François pour la construction de la paix, d’abord à Abu Dhabi puis au Maroc. Cette rencontre nous rappelle qu’il y a une alternative au conflit : la logique de la rencontre réalisée avec cœur, dans un esprit et une attitude fraternels ». 


Giovanni Malaspina