“Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle...”

Message di Noel de Fr. Francesco Patton OFM, Custode de Terre Sainte

Nous sommes à Bethléem, au Champ des Bergers, le lieu où, la nuit de la naissance de l’enfant Jésus, les bergers étaient en train de veiller et de garder leurs troupeaux. L’évangéliste Luc nous raconte que quand Marie met au monde Jésus, ce sont eux, ces bergers, qui reçoivent en tout premier l’Annonce de sa naissance.

Un ange vient à eux, une grande lumière les enveloppe et ils sont effrayés. Mais le messager de Dieu les rassure : “Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire” (Luc 2,10-1).

Dans cette nuit du premier Noël, les ténèbres dans lesquelles vivaient les bergers et les gens de Bethléem furent illuminées par la naissance de l’enfant Jésus. Aujourd’hui encore, nous avons besoin de nous laisser illuminer par la naissance de cet enfant qui est le Fils de Dieu et notre Sauveur. Combien de personnes, encore aujourd’hui, vivent entourées de ténèbres comme les bergers qui veillaient en ce champ il y a deux mille ans.

Nos frères et nos soeurs en Syrie et au Yémen, comme dans tant d’autres pays du monde, vivent désormais et depuis des années, les ténèbres de conflits sanglants qui transforment des millions de personnes en déplacés, réfugiés, déracinés de leur propre famille et propre culture, jetés loin de leur propre patrie et souvent dans l’impossibilité de trouver accueil sur une nouvelle terre.

Nombre de nos frères en humanité vivent dans les ténèbres causées par des crises économiques et écologiques qui mettent à genoux des populations entières et, souvent, les contraignent à émigrer. Pour eux aussi, se répète l’expérience de Joseph, de Marie et de l’enfant : il n’y a plus de place en aucun lieu, au mieux sous une tente.

Et puis il y a ceux qui portent la ténèbre en eux, une ténèbre qui, parfois, est le fruit de la violence, d’autres fois celui de choix erronés ou encore de l’incapacité à accepter les expériences douloureuses de la vie.

Il y a enfin la ténèbre du péché, de l’éloignement de Dieu, du désir de se passer de lui ou de vivre comme s’il n’existait pas. Des ténèbres qui se transforment souvent en refus du frère ou de la soeur, de son droit d’exister, de la reconnaissance de sa dignité de personne, du premier instant de la vie jusqu’au dernier soupir que donne le Créateur. Des ténèbres qui rassemblent au delà des frontières, des ténèbres qui sont, au moins en partie, en chacun de nous.

L’enfant Jésus n’est pas venu illuminer seulement la nuit des bergers, ici à Bethléem, en périphérie, il y a deux mille ans. L’enfant Jésus continue à illumier la nuit de chacun de nous et de l’humanité toute entière.

Que la lumière de l’Enfant de Behtléem pénètre dans la conscience et l’existence de chacun, dans nos familles et nos communautés ; que sa lumière illumine tous les peuples et les fidèles de toutes les religions qui Le désirent et qui, à tâtons, le cherchent.

Puisse t-il illuminer la conscience de ceux qui gouvernent les nations et l’économie afin de les aider à découvrir que gouverner c’est prendre soin de celui qui est le plus petit, le plus fragile, dépourvu de protection. Puisse l’Enfant de Bethléem illuminer l’action de ceux qui se font culture et communication pour que le message du bien soit diffusé. Joyeux Noël du Champ des Bergers tout près de Bethléem, Joyeux Noël du lieu de la première annonce de la naissance du Sauveur, Joyeux Noël du lieu dans lequel les anges ont entonné : “Gloire à Dieu, au plus haut des cieux, Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime”, Joyeux Noël à chacune et chacun d’entre vous, à vos familles et à vos communautés.

Fr. Francesco Patton OFM
Custode de Terre Sainte