Jaffa : le sanctuaire franciscain qui commémore l'apostolat de saint Pierre

Le 29 juin, l'Église du monde entier a fêté les saints Pierre et Paul, deux piliers de la chrétienté, qui partirent de la Terre de Jésus pour annoncer l'Évangile et moururent en martyrs. Parmi les différents lieux de Terre Sainte liés à la vie de saint Pierre, il en est un peu connu : le sanctuaire de saint Pierre à Jaffa. Dans ce lieu, où se trouvait une importante communauté de Juifs qui croyaient en Jésus-Christ, la tradition situe divers épisodes de l'apostolat de Pierre : la résurrection de Tabitha par le Saint (Ac 9,31), son séjour comme hôte chez Simon le Tanneur, où il eut la célèbre vision de la nappe tombée du ciel et contenant toute sorte d'animaux, purs et impurs (Ac 10,15). De là, Pierre, appelé par le centurion Corneille, se rendit à Césarée où il accueillit les premiers païens dans l'Église (Ac 10).

A Jaffa, dans le sanctuaire gardé par les franciscains, la fête de saint Pierre a été célébrée avec une grande joie le samedi 26 juin par une messe solennelle présidée par le Vicaire de la Custodie de Terre Sainte, fr. Dobromir Jasztal

« Pour des raisons pastorales, nous transférons toujours la messe pontificale de la fête de saint Pierre au samedi le plus proche du 29 juin, afin de permettre la participation de nos communautés », explique fr. Eduardo Sanchez Vélez, supérieur du couvent. A l'occasion de cette célébration, l'église Saint-Pierre était remplie de fidèles appartenant à toutes les communautés : la communauté d'expression hébraïque, les communautés polonaise, espagnole, philippine, indienne, africaine. « C'est une fête particulière pour nous : il y a 2000 ans, saint Pierre était ici même. Le 29 juin également, jour des saints Pierre et Paul, nous célébrons une messe ici dans l'église, à laquelle participent les paroissiens arabes de l'église Saint-Antoine », poursuit le supérieur du couvent.

Sept prêtres de différentes nationalités résident aujourd'hui au couvent Saint-Pierre et s'engagent dans la pastorale des communautés chrétiennes de différentes langues à Jaffa et aux environs. Le couvent franciscain, qui surplombe aujourd'hui le port de Jaffa, a une longue histoire qui débuta en 1252, lorsque les frères mineurs s’établirent à Jaffa dans un couvent doté d'une église majestueuse, construits par Louis IX, roi de France, pendant la VIIe Croisade. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, une statue du roi se trouve à l'entrée du couvent. 

« Le couvent est situé dans la vieille ville de Jaffa, en souvenir des épisodes bibliques des Actes des Apôtres qui sont localisés ici - explique fr. Eduardo -. L'église elle-même, cependant, n'a pas été construite exactement sur les vestiges de la maison de Simon le Tanneur, qui est plutôt située sur un terrain appartenant à une famille arménienne. Depuis 200 ans, cette famille conserve la mémoire de ce lieu, sur lequel se trouve aujourd'hui une mosquée, appelée 'Mar Boutros', qui signifie 'Saint Pierre' en arabe ».

Les seules fouilles effectuées de manière partielle autour de l'église et du couvent, n'ont permis de trouver que des obus de canon de la période turque. Les documents officiels racontent cependant qu'en 1267, les franciscains furent expulsés du couvent et que ce ne fut qu'en 1520 qu'ils retournèrent à Jaffa pour y établir un siège fixe. En 1654, ils bâtirent une maison pour accueillir les pèlerins et en 1830, le couvent fut reconstruit. Entre 1888 et 1894, l'Espagne finança la construction d'un nouveau couvent et d'une nouvelle église, si bien que dès lors, l'ancien ne fut plus utilisé que pour l'accueil des pèlerins. 

Sur les vitraux du fond de l'église, au-dessus du chœur, des scènes de la vie de saint Pierre, le prince des apôtres, sont encore représentées.

 

Beatrice Guarrera