Béthanie, maison de l’amitié

Béthanie, maison de l’amitié, de l’accueil et de l’hospitalité. Nous fêtons Lazare, Marie et Marthe, les amis de Jésus qui l’ont souvent accueilli ici.

Fr. MICHAEL SARQUAH, ofm
Supérieur du sanctuaire de Béthanie
«Ce lieu est aussi appelé « la maison de l’amitié », parce que Marie, Marthe et Lazare étaient les amis de Jésus. Chaque fois qu’il allait de Jérusalem en Galilée ou de Galilée à Jérusalem, il s’arrêtait ici chez cette famille, donc il s’agit d’un lieu très important pour Jésus.»

Dans cette petite ville palestinienne où les pèlerins n’arrivent plus depuis des mois, l’église est à moitié vide durant la messe présidée par Fr. Marcello Cichinelli, mais les franciscains de la Custodie ne renoncent pas aux différents rendez-vous de la journée.

Béthanie est aussi le lieu où Jésus fait renaître Lazare. De bon matin, le secrétaire de la Custodie de Terre Sainte descend l’escalier étroit de la tombe de Lazare pour célébrer la messe.

Fr. MARCO CARRARA, ofm
Secrétaire de la Custodie de Terre Sainte
«En cette période de difficulté, d’incertitude, pendant laquelle cette pandémie a bouleversé nos plans, pouvoir célébrer dans la tombe de Lazare, porte aussi le sens de pouvoir commencer une vie nouvelle, de pouvoir revivre avec le Christ et donc de reprendre espérance, force, pour être en mesure d’aller de l’avant dans cette période.»

C’est la première étape d’un pèlerinage particulier, traditionnellement accompli par les franciscains à cette occasion.

Fr. MARCO CARRARA, ofm
Secrétaire de la Custodie de Terre Sainte
«Pour souligner l’importance et la sacralité du lieu, après la célébration dans l’église, nous venons en pèlerinage ici, à la tombe de Lazare, où nous lisons l’évangile du miracle. Puis, autrefois, nous continuions à pied… Aujourd’hui, cette tradition s’est maintenue ; c’est pourquoi, nous faisons ce pèlerinage sur le Mont des Oliviers.»

La route est celle qui, depuis l’Antiquité conduit de Béthanie à Jérusalem : un parcours somme toute court, si ce n’est pour le mur de séparation qui oblige aujourd’hui à effectuer un long trajet alternatif en voiture.
Ainsi, le pèlerinage parvient à la petite chapelle de l’Ascension, pour se conclure au sanctuaire du Pater Noster, dans lequel résonne la prière la plus connue de la chrétienté, enseignée en ce lieu par Jésus et reproduite sur les parois dans toutes les langues du monde.

 

Christian Media Center