Damas, Syrie : de la pauvreté à la misère

Fr. BAHJAT KARAKACH, ofm
Gardien du couvent Bab Thouma – Damas (Syrie)
«Je peux dire sans exagérer qu’aujourd’hui, nous avons laissé tomber le terme de « pauvreté » ; aujourd’hui, nous parlons plutôt de « misère ».

Il y a non seulement les combats, mais aussi la propagation du Coronavirus – contenue à l’heure actuelle, mais qui représente néanmoins un danger. Après dix ans de guerre, la Syrie a été touchée ces derniers mois par une crise économique très grave, comme le raconte Fr. Bahjat Karakach dans ce message envoyé de Damas.

Fr. BAHJAT KARAKACH, ofm
Gardien du couvent Bab Thouma – Damas (Syrie)
«La lire syrienne a perdu très rapidement de sa valeur. Il y a quelques mois, un dollar était équivalent à presque 1000 lires syriennes, aujourd’hui à 3200… les prix ont plus que triplé.»

En ce moment, la difficulté à acheter de la nourriture et des biens existentiels rend impossible, pour la population locale, un retour à la normale.

Fr. BAHJAT KARAKACH, ofm
Gardien du couvent Bab Thouma – Damas (Syrie)
«Aujourd’hui, un père de famille doit travailler un mois entier pour pouvoir acheter quelques kilos de viande, doit travailler une année entière pour pouvoir payer les frais de scolarité de son fils. Aujourd’hui, nous entrons dans les maisons et nous trouvons des gens qui n’ont pas de quoi se nourrir.»

D’où l’appel du Père Bahjat, pour que nous n’oublions jamais la population syrienne.

Fr. BAHJAT KARAKACH, ofm
Gardien du couvent Bab Thouma – Damas (Syrie)
«Chers amis, aujourd’hui, en ces temps difficiles, nous n’avons pas d’autre solution que de faire appel à votre charité, à votre proximité. Comme Église, nous essayons d’être proches des gens, de ne laisser personne manquer de pain… mais nous ne pourrons pas continuer notre mission sans votre soutien, sans votre charité.»

 

Christian Media Center