Saint Jean Baptiste, une occasion de rencontre entre juifs et chrétiens

À quelques jours de l’anniversaire de la naissance de Saint Jean Baptiste, le couvent d’Ein Karem a ouvert ses portes le 21 juin, à l’occasion d’une journée d’approfondissement sur la figure du Saint en collaboration avec la communauté juive locale.

Organisé par les Frères du Couvent de Saint Jean de la Montagne en collaboration avec le Conseil citoyen d’Ein Karem représenté par Alon Orion, l’évènement suscite d’année en année un succès toujours grandissant. Le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, a introduit la journée de conférence en souhaitant la bienvenue à la communauté juive. Dans son intervention, le Custode a rappelé l’anniversaire des 800 ans de la rencontre de Saint François avec le Sultan, en soulignant la portée de cet évènement d’un point de vue spirituel, historique et du dialogue interreligieux. « Que cette initiative, a commenté Fr. Patton à la fin, puisse être un rendez-vous annuel et un petit signe de ce que nous pouvons partager ensemble, juifs et chrétiens, en marchant sur le chemin de la paix au nom de Jean le Baptiste ».

Le riche programme de la matinée a vu de nombreux experts prendre la parole, en commençant par le Dr. Adolfo Roitman, Responsable du « Sanctuaire du Livre » - une aile du Musée d’Israël - qui a parlé de Jean le Baptiste entre Théologie et Géographie. Le Dr. Shimon Gibson, professeur du département de Practice in the History de l’Université de la Caroline du Nord, a ensuite parlé des cavernes de Saint Jean proche du Kibboutz dans la région de Tzova. Puis le franciscain Fr. Apolinary Szwed a raconté l’expérience de la vie franciscaine et du service offert en Terre Sainte. La journée s’est conclue avec Alon Orion, représentant du Conseil citoyen d’Ein Karem qui a parlé de voyant, d’annonceur et de prophètes. A la fin des conférences, un repas a été partagé, et l’Institut Magnificat, l’école de musique de la Custodie dirigée par Fr. Alberto Pari, a donné un concert. 

C’est Fr. Severino Lubecki, directeur de la Casa Nova d’Ein Karem et organisateur de l’évènement, qui a souligné l’importance de cet évènement : « nous en sommes maintenant à la troisième rencontre et je me souviens des débuts : il y a déjà six ans, quand je suis arrivé, nous avions parlé avec le chef du conseil communal pour demander des temps de rencontre afin d’améliorer la connaissance et la collaboration entre nos communautés, et pour envisager des évènements afin d’impliquer la communauté locale pendant la fête principale du village, celle de Saint Jean. Cela fait trois ans que nous organisons cet évènement qui a rassemblé un nombre de participants en augmentation constante, et nous en sommes très heureux ». Fr. Lubecki a également remercié le Custode et la Custodie dont l’engagement se concrétise par la présence de frères conférenciers, de ceux qui participent à la journée festive, ou encore par l’encouragement à poursuivre ce travail d’organisation. Depuis peu, en effet, une célébration pendant la période de Noël a été ajoutée.

« Je crois que la paix naît des relations ; les politiciens savent comment séparer les différentes personnes, nations, cultures et religions » a commenté Alon Orion. « Je crois que nous sommes semblables plus que différents et, lorsque nous trouvons un lieu de rencontre, se développe aisément une relation d’amitié que l’on peut porter au niveau communautaire, national et puis international. La Terre Saine est riche de nombreuses cultures et traditions et ce qui me fascine, c’est de se mélanger et de laisser les différences nous enrichir ».

Giovanni Malaspina