Saint Étienne : la tendresse de l’incarnation et le courage de la foi

En Terre Sainte, une messe et le pèlerinage sur le lieu du Martyre de Saint Étienne marquent le lendemain de Noël. Le 26 décembre est le jour dédié au premier martyr et diacre de l’Église chrétienne.

« La vie d’Étienne nous ramène à la réalité après la tendresse de Noël », tels sont les premiers mots de l’homélie du Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, adressée aux frères réunis pour la messe traditionnelle à l’infirmerie, dans la matinée du 26 décembre. Le Custode a expliqué que le martyre est l’expérience la plus haute de la chrétienté. Au moment où le Saint éprouve le refus et l’accusation, il expérimente aussi la proximité de Dieu : à cet instant il est pleinement conscient d’être tellement habité par Dieu et rempli d’Esprit Saint, qu’il prie pour lui-même et intercède pour ses accusateurs qui refusent le Dieu de Jésus. « Qu’Étienne soit pour nous un modèle – conclut Fr. Patton – afin de comprendre comment vivre notre vie de chrétiens ».

Fr. Jad Sara, responsable de l’infirmerie, a expliqué que cette célébration est très importante pour la communauté de Saint Sauveur, en particulier pour les frères auprès desquels il accomplit son service. « Elle a lieu au lendemain de Noël afin que tous puissent partager ce moment de fête : les jeunes frères, engagés dans l’étude et divers services, n’ont pas toujours l’occasion de se rendre à l’infirmerie pour visiter les plus âgés, c’est donc une façon de se retrouver tous ensemble ».

Les premières heures de l’après-midi, la célébration des Vêpres solennelles s’est déroulée dans l’Église Saint Étienne, actuellement propriété des grecs-orthodoxes. Quelques fidèles sont venus pour participer à cette célébration en ce jour où les représentants de l’Église catholique peuvent célébrer dans cet espace construit à l’endroit reconnu traditionnellement comme le lieu du martyr.

Dans son homélie, centrée sur la figure de Saint Étienne, Fr. Michael Muhindo Kyamakya a rappelé que « la Nativité du Seigneur et le martyr de Saint Étienne sont deux naissances : la première par la Vierge Marie pour le salut de tous les hommes, et la deuxième est une naissance au ciel, grâce au sang versé pour l’Église naissante ». C’est pour cela que Saint Étienne, premier martyr chrétien et imitateur du Christ, est fêté le lendemain de la naissance de Jésus.

Fr. Michael a rappelé sept caractéristiques du martyr à imiter : l’écoute de la parole, la foi, la bonne réputation, la sagesse, le témoignage, la persévérance dans la persécution et la prière pour ses ennemis. Le Saint écoute, se convertit le jour de la Pentecôte grâce à l’annonce de Pierre et il a foi en cette annonce. Sa bonne réputation lui obtient la diaconie, le privilège d’être l’un des premiers collaborateurs des Apôtres, et sa sagesse est mise en lumière dans le récit de l’histoire du salut, en partant d’Abraham jusqu’à Jésus. « Saint Étienne a prêché aux païens et devant le Sanhedrin » a rappelé Fr. Michael « il a gardé un cœur ouvert au Seigneur : nous sommes nous aussi appelés à faire de même au milieu des tribulations », ce qui est évident du fait qu’il prie pour ses ennemis.

Voici pour conclure le vœu qu’il formule : que nous aussi, nous puissions être riches de foi et d’Esprit Saint pour pouvoir dire à nos persécuteurs, comme Saint Etienne, « Seigneur, ne leur compte pas ce péché. » (Ac 7, 60)

Giovanni Malaspina