Noël et Hanoukka : les fêtes de la lumière

En Terre Sainte, ces dernières semaines ont été riches en rencontres entre les communautés juives locales et la Custodie de Terre Sainte, compte tenu de la concomitance de nombreuses fêtes. Ces deux réalités sont engagées depuis longtemps dans un dialogue interreligieux qui s'exprime aussi par de petits gestes quotidiens. Au cours de ces semaines, il y a eu trois évènements en particulier sur lesquels nous souhaitons revenir : les deux journées Portes ouvertes des 19 et 20 novembre, la célébration de Hanoukka du 2 décembre, organisée par la communauté juive de Sion, et enfin la conférence à Ain Karem avec la communauté locale, le 17 décembre, qui est maintenant devenue une tradition annuelle.

Les deux journées Portes Ouvertes ont permis de visiter le Couvent de Saint François Ad Coenaculum sur le Mont Sion, ainsi que le Couvent de Saint-Sauveur dans la Vieille Ville de Jérusalem. Les deux espaces, qui ne sont généralement pas ouverts au public, ont attiré de nombreux visiteurs désireux de découvrir ces couvents et de mieux comprendre le mode de vie des Frères franciscains.

Le deuxième événement, à l'occasion de la fête de Hanoukka, s'est déroulé dans la salle de l'Immaculée Conception du couvent de Saint-Sauveur à Jérusalem. Cette fête juive est célébrée à partir du 28 novembre jusqu’au 6 décembre et chaque jour est marqué par l'allumage de l’une des bougies de la Hanoukka, le candélabre traditionnel à neuf branches. "Les lumières de Hanoukka nous rappellent les miracles de Dieu, la lumière que nous attendons avec la naissance du Christ", a commenté le Frère Alberto Joan Pari, responsable du dialogue interreligieux pour la Custodie. "Dans chaque religion, il y a un moment où une lumière arrive. Pour nous, c'est le Christ, que nous fêterons dans quelques semaines à Noël". 

C'est désormais une tradition établie : Ain Karem - le quartier de la banlieue de Jérusalem où la tradition situe la naissance de Jean-Baptiste et la Visitation de Marie à Elisabeth - a accueilli encore une fois la conférence annuelle sur Hanoukka et Noël, le vendredi 17 décembre. Le Custode, Frère Francesco Patton, en souhaitant la bienvenue aux participants a rappelé que nous vivons non seulement une crise pandémique mais également une crise écologique, et que dans un tel contexte il est important de savoir générer de l'espérance et de puiser dans nos propres traditions religieuses l'engagement de transmettre l'espoir. "C'est toujours un événement heureux, qui est maintenant devenu une tradition de longue date très attendue", a commenté Alon Orion, à la tête du Conseil municipal d'Ain Karem. "Nous avons commencé à organiser ces événements pour commémorer la naissance de Jean-Baptiste, mais l'amitié, l'ouverture et l'hospitalité franciscaines en ont fait un évènement incontournable de notre communauté. Ces rencontres sont une excellente occasion pour les habitants de la communauté locale d'élargir leurs horizons, tant sur le plan humain que culturel, par la connaissance directe des Franciscains".

Le programme était d’une grande richesse culturelle, avec de nombreux intervenants qui ont exploré différents aspects de la fête de Hanoukka, tels que les jeux, les chants et les poèmes. 

Le Frère Marco Carrara, Secrétaire de Terre Sainte, a donné un témoignage des traditions de Noël et le rabbin David Pileggi s’est exprimé sur le point de vue du judaïsme messianique. 

"D'habitude, nous avons tendance à vivre à distance, mais ici nous pouvons nous mélanger et nous confronter les uns aux autres pour apprendre quelque chose de nouveau sur l'autre", conclut Orion. "Cela nous aide à être plus unis et solidaires sur tous les plans, surtout maintenant, après les récentes pressions qui portent atteinte à la physionomie urbanistique de ce quartier, poumon vert de la ville de Jérusalem."


 

Giovanni Malaspina