Messe pour le Roi Philippe de Belgique

Cette année encore, la messe en l'honneur du Roi Philippe de Belgique a été célébrée le dimanche suivant la fête de Saint Léopold, patron du Royaume de Belgique, en présence de la Consule générale de Belgique, Danielle Haven. Chaque année, pour la Custodie de Terre Sainte, ces événements sont une action de grâce pour le travail accompli hier et aujourd’hui par la France, la Belgique, l'Italie, l'Espagne, les quatre nations catholiques qui protègent et promeuvent les communautés chrétiennes de Terre Sainte.

Fr. Stéphane Milovitch, chef du Bureau des Biens Culturels de la Custodie, a présidé la célébration. « Nous sommes heureux de célébrer aujourd'hui la Sainte Messe en l'honneur de Philippe, Roi de Belgique et de son épouse, la Reine Mathilde » a déclaré fr. Milovitch en introduisant la messe. « Au cours de cette Eucharistie, nous prierons pour le Roi, afin qu'il se sente lui aussi personnellement appelé à la sainteté pour pouvoir régner sur son peuple avec discernement ; nous prions pour le peuple belge ainsi que, suivant les indications du pape François, pour les pauvres du monde entier ».

C’est le père Frans Bouwen, Missionnaire d'Afrique, qui a prêché ; il a introduit son homélie en évoquant le Roi Philippe : « Nous voulons rendre hommage à notre Roi et à tous ses prédécesseurs, ainsi qu'à tous les membres de la famille royale qui ont marqué l'histoire et le présent de notre pays ». Le cœur de l'homélie portait sur les lectures du jour et le commentaire de l'Evangile, en français et en flamand. « Nous avons besoin de tous et de chacun, chacune, pour construire un monde meilleur afin de faire face aux profondes divisions qui menacent notre monde et notre société : divisions nationales, religieuses et culturelles, différences entre riches et pauvres », a conclu le père Bouwen. « Nous assistons à une mondialisation qui ouvre de nouvelles perspectives pour l'avenir, mais qui en même temps réveille de profonds égoïsmes et menace les cultures minoritaires ainsi que les peuples et les classes les plus défavorisés. Il est important que nous puissions tous rêver ensemble et travailler ensemble ».

Comme le veut la tradition, la prière pour la famille royale a eu lieu quelques minutes avant que le son de l'hymne national belge, joué à l'orgue, ne marque la fin de la messe. « Nous remercions la Custodie d'avoir organisé cette célébration », a déclaré la Consule Danielle Haven. « Il est important, en ce moment, d'essayer de rester attaché aux traditions et de donner de la force aux gens, également à travers les messages exprimés pendant la célébration. Je suis personnellement reconnaissante que, compte tenu de toutes les mesures de sécurité, il ait été possible de célébrer cette messe et que nous ayons pu donner un signe de continuité ».

 

 

Giovanni Malaspina