Les célébrations de Noël à Bethléem

Bethléem en fête a accueilli, dans la joie, l’Administrateur Apostolique du Patriarcat Latin, Monseigneur Pierbattista Pizzaballa. C’est ainsi que débute chaque 24 décembre dans la ville où Jésus est venu au monde.

 Selon la tradition, les célébrations pour la Vigile de Noël sont précédées par des chants et la musique des tambours des scouts de Terre Sainte, qui attendent l’évêque pour l’entrée solennelle sur la place de la Mangeoire. A chaque fête de la Nativité, Mgr. Pizzaballa suit le même parcours, partant de Jérusalem jusqu’à la Basilique de la Nativité. De même cette année, la première étape a été celle au couvent grec-orthodoxe de Mar Elias, où l’évêque a rencontré le curé et le maire de Beit Jala. Il s’est ensuite rendu au tombeau de Rachel, où il est possible de s’arrêter seulement deux fois par an, et y a échangé ses vœux avec le curé de l’église de Sainte Catherine à Bethléem, Fr. Rami Asakrieh, ainsi que le maire de Beit Sahour. Mgr. Pierbattista Pizzaballa est enfin entré à Bethléem, où il a été accueilli par le maire de la ville, Anton Salman. Comme prévu par le Status Quo, Fr. Luis Enrique Segovia Marín, gardien de la fraternité franciscaine de Bethléem, avec les représentants de la communauté gréco-orthodoxe et arménienne, l’attendaient devant l’église de la Nativité.

La célébration des Premières Vêpres à l’église de Sainte Catherine, à quatre heures de l’après-midi, a marqué l’entrée dans la Vigile de Noël. De nombreux pèlerins venus du monde entier ont pris part à l’atmosphère de joie de Bethléem, en s’unissant aux prières de l’après-midi dans l’attente de la Messe de minuit.
Avant de descendre à l’église de Sainte Catherine pour la Messe, les frères franciscains de la Custodie de Terre Sainte se sont réunis comme de coutume pour un repas avec l’Administrateur Apostolique du Patriarcat Latin et les autorités civiles. Le Président palestinien Mahoumud ʿAbbas, le Premier Ministre de l’Autorité Palestinienne Mohammad Shtayyeh, le Premier Ministre de Malte Joseph Muscat et un Représentant de Sa Majesté le Roi Abdullah II, Monsieur Musa Bek Al Daud, se sont joints au dîner.

Les célébrations de la Vigile à Bethléem ont atteint leur sommet à minuit, avec l’intonation du Gloria in Excelsis Deo par Mgr. Pizzaballa, au son des cloches, annonçant Noël. En première file, les autorités politiques du lieu et les consuls d’Espagne, Italie, France et Belgique, les quatre nations définies catholiques.

«Nous pouvons dire que Noël est le jour où nous sommes appelés à nous interroger, encore une fois, à nous demander où nous nous situons – a commencé dans son homélie l’Administrateur Apostolique du Patriarcat Latin – : sommes-nous en marche avec les bergers, à la recherche de l’Emmanuel, du Dieu-avec-nous, dans notre vie et en celle du monde ? Ou bien sommes-nous enfermés, nous-aussi, dans nos palais?».

Pour l’évêque, la ville de Bethléem, par l’humilité, la pauvreté et la petitesse à laquelle elle renvoie, est un modèle à imiter dans notre vie de tous les jours, même si nous avons du mal à le réaliser. « Ceci arrive, lorsque nous nous refusons à accepter dans notre réalité l’existence de l’Autre, qui est diffèrent de nous, qu’il soit juif, musulman ou chrétien – a continué Pizzaballa –. Ceci arrive lorsque nous sommes fatigués de parler de la paix et de la construire, lorsque l’on la considère comme une utopie irréalisable ». Dans cette situation, la seule chose est de regarder le petit enfant porté symboliquement en procession, de la Messe jusqu’à la Grotte de la Nativité. «Un enfant suscite en qui que ce soit, même dans le cœur le plus dur, tendresse et sourire – a expliqué Mgr. Pizzaballa –. Ce sourire et cette tendresse font partie de la gloire avec laquelle les anges ont enveloppé les bergers. Puisse donc l’Enfant de Bethléem susciter en nous tous beaucoup de tendresse et nous offrir encore une fois un sourire. S’il ne résoudra pas tous nos problèmes, cet Enfant nous rendra certainement heureux». 

Beatrice Guarrera