Le Président Rivlin rencontre les chefs des Églises de Jérusalem

Lundi 3 juin 2019, le président de l’Etat d’Israël, Reuven (Ruvi) Rivlin, a rencontré les chefs des Églises de Jérusalem au couvent de Saint Sauveur, siège de la Custodie de Terre Sainte.

Le Président a été accueilli par le chant du quatuor du Magnificat, constitué par le directeur Fr. Alberto Pari, la directrice adjointe Giuliana Mettini, et les étudiant Eleonora Lué et Tareq Wahba, accompagnés au piano par Maria Spitkovski. Le Secrétaire de la Custodie Fr. David Grenier a ensuite accueilli tout le monde en rappelant l’anniversaire des 800 ans de la présence franciscaine en Terre Sainte.

C’est le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, qui a pris le premier la parole. Après avoir salué officiellement les invités, il s’est concentré sur l’importance de la rencontre en évoquant l’image des fêtes à peine conclues pour décrire la Jérusalem d’aujourd’hui. Alors que les chrétiens fêtaient les célébrations de Pâques, les juifs célébraient Pessah, les druzes EnNabiShu’eib et pour les musulmans commençait le Ramadan. Le Custode a ensuite exprimé sa gratitude pour la protection constante de la liberté religieuse, en soulignant au nom de tous la préoccupation quant à la présence grandissante de chefs religieux et des forces politiques qui ne favorisent ni la paix ni le dialogue, mais fomentent les divisions. Fr. Patton a conclu en manifestant également leur préoccupation concernant la condition des chrétiens présents sur le territoire voisin à Gaza.

Dans son discours, le président Rivlin a souligné avant tout l’importance pour le peuple juif de la fête de Shavuot célébrée sous peu, coïncidant avec celle de la Pentecôte pour les chrétiens. « L’Etat d’Israël, comme gardien de la ville de Jérusalem, est directement engagé dans la protection de la liberté religieuse et la sécurité pour le bon déroulement des activités des communautés des fidèles à Jérusalem et dans tout Israël » a affirmé le Président. «Chrétiens, musulmans et juifs auront toujours leur liberté de culte que l’Etat ne compromettra pas ». Le président Rivlin a ensuite conclu en adressant ses félicitations pour le récent accord sur la restauration du Saint-Sépulcre, et en assurant de son aide de quelque façon que ce soit.


Giovanni Malaspina