Épiphanie: «aujourd’hui Bethléem est la capitale du monde»

« Pour la solennité de l’Epiphanie, Bethléem est la capitale du monde : la ville qui attire tous les peuples », c’est ainsi que le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, a introduit son commentaire à l’Evangile le jour de l’Epiphanie à l’église Sainte Catherine, jouxtant la Basilique de la Nativité.

L’Epiphanie est la fête de la première Manifestation du Seigneur incarné aux peuples, représentés par les trois rois Mages qui l’honorent en portant des dons à la grotte où Jésus est né. Pour la Custodie de Terre Sainte elle est traditionnellement célébrée à Bethléem, lieu de la naissance de Jésus, selon un schéma liturgique et festif consolidé aussi grâce au Statu Quo. Comme pour le premier dimanche de l’Avent, la célébration s’est ouverte dans la matinée de dimanche 5 janvier, par la rencontre des représentants de la communauté paroissiale de Jérusalem, suivie d’une deuxième rencontre devant le monastère orthodoxe de Mar Elias avec la communauté de la paroisse de Beit Jala et en présence d’autorités locales. 

Après avoir traversé le check-point près du tombeau de Rachel, exceptionnellement ouvert en ce jour de fête, le Custode de Terre Sainte, escorté de la délégation des franciscains et de paroissiens, est arrivé à la place de la Mangeoire pour l’entrée solennelle. « Je désire demander au Seigneur pour nous tous » a dit le Custode en répondant à la salutation du curé de Sainte Catherine, Fr. Rami Asakrieh, « la grâce de savoir interpréter les dons met que le Seigneur sur notre chemin, et le don de savoir écouter les prophéties pour pouvoir entendre Jésus. Demandons, pour toute l’humanité, mais surtout pour la Terre Sainte, que la lumière de l’Enfant de Bethléem illumine les cœurs et les esprits ». Après l’entrée solennelle, comme le veut la tradition, ont été célébrées les vêpres pontificales avec l’encensement de la Grotte de la Nativité et l’Office des lectures avec un nouvel encensement qui a clos le premier jour de célébration. 

Le lendemain a eu lieu la messe présidée par le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, en présence des consuls de plusieurs pays européens. « Les lectures et l’Evangile nous permettent de comprendre combien l’humanité, depuis toujours, est à la recherche de l’enfant qui est né ici à Bethléem » a dit Fr. Patton en commentant l’Evangile. « Toute l’histoire nous montre combien le cœur de tout homme désire rencontrer cet enfant. L’Evangile nous rappelle qu’on ne le cherche pas ni de la même manière et ni pour la même raison ; nous voulons suivre le chemin des Mages et faire nôtre le cœur et les sentiments qui les ont accompagnés ; des hommes sages qui savent scruter le ciel et reconnaître les signes que Dieu envoie à l’humanité. C’est ainsi que l’étoile et la parole de Dieu les guident jusqu’à Bethléem ».

Alors que les orthodoxes, qui suivent le calendrier julien, entamaient leur temps de Noël avec les entrées solennelles respectives dans la Basilique de la Nativité, à quelques mètres, la grande fête de l’Epiphanie des chrétiens latins s’est poursuivie avec les Deuxièmes Vêpres solennelles dans l’Eglise de Sainte Catherine. Le moment clé a été le tour traditionnel autour du Cloître de Saint Jérôme, devant la Basilique, avec l’offrande d’encens et de myrrhe aux fidèles locaux et aux pèlerins réunis pour la célébration.

« Aujourd’hui Bethléem est la capitale du monde » a conclu le Custode dans son homélie « de ce lieu se répand une lumière qui peut illuminer le monde entier. Qu’elle illumine le cœur de tous : des nombreux sages qui aujourd’hui encore sont à sa recherche, et le cœur des hommes et des femmes qui ne le connaissent pas encore afin qu’ils sachent l’accueillir dans leur vie. Qu’elle illumine le cœur des puissants afin qu’ils accomplissent des projets de paix et non de guerre. Qu’elle illumine et transforme les cœurs des Hérode d’aujourd’hui ». 

Giovanni Malaspina