De l'église Saint-Sauveur au Cénacle: la Pentecôte à Jérusalem

Les célébrations de la fête de la Pentecôte à Jérusalem ont commencé à l'église de Saint-Sauveur. Le dimanche 31 mai, le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, a présidé la messe solennelle dans l'église située dans le quartier chrétien de la Vieille Ville de Jérusalem. Construite dans le couvent où s’établirent les franciscains de Terre Sainte, après avoir été expulsés du Cénacle en 1551, l'église reçut en 1561 du pape Pie IV les mêmes indulgences accordées à ceux qui se rendaient au Cénacle (en savoir plus sur l'Eglise de Saint-Sauveur). 
Lors de la messe de la Pentecôte, la famille franciscaine de la Custodie de Terre Sainte a eu la joie cette année de confier à 14 frères le ministère de lectorat et à 15 autres celui d'acolytat.

« Aujourd'hui, nous célébrons et actualisons la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres réunis en prière au Cénacle avec Marie. Et en cette fête, en réfléchissant sur l’œuvre de l'Esprit Saint dans la vie du chrétien et de l'Eglise, nous apprenons que l'Esprit est essentiel pour la vie du chrétien et de l'Eglise, pour la vie de chacun de nous », a rappelé le Custode dans son homélie. Fr. Francesco Patton a ensuite expliqué les symboles des lectures pour nous aider à comprendre la signification de l'Esprit : le symbole du vent, du souffle, du feu, le symbole des langues déliées, capables de comprendre. « L'Esprit opère une diversification remarquable au sein de la communauté chrétienne et en même temps une unité profonde - a dit le Custode -. La diversité des langues, des dons, des sensibilités, des rôles, des fonctions, etc., n'est pas quelque chose qui fait exploser l'Eglise comme l'humanité explosa en construisant de façon présomptueuse la Tour de Babel, mais quelque chose qui, grâce à l'action de l'Esprit, la consolide, la rend vivante, belle, la rend un seul corps, la fonde en une relation d'amour à l'image de la Trinité. Les ministères de lectorat et d'acolytat qui vous sont aujourd'hui confiés, nos jeunes frères, s'inscrivent également dans cette perspective. Ce que vous recevez n'est pas une promotion de carrière mais un don qui vient de l'Esprit et qui doit servir la croissance de l'Eglise ». (Ici l'homélie complète).

L'après-midi, les Vêpres au Cénacle ont été priées, présidées par le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton. Les catholiques ne peuvent organiser de prières officielles au Cénacle que deux fois par an, ce lieu étant encore au centre de la controverse avec l'Etat d'Israël pour la reconnaissance de la propriété. En effet, la propriété est revendiquée par les franciscains qui l'acquirent en 1333, comme un don des souverains de Naples, et d’où ils furent chassés en 1551 par les Ottomans. Les frères s'y rendent en prière le Jeudi Saint, en mémoire de la dernière Cène, et le jour de la Pentecôte. Lors de la célébration de la Pentecôte, les frères montent également dans la salle du Cénacle - où le Saint-Esprit serait descendu sur les apôtres - et y répandent de l'encens parfumé.

« Pour nous, franciscains, c’est le lieu à partir duquel l'Eglise nous a confié la mission de la Custodie des Lieux Saints - a expliqué le Custode -. C’est le lieu du premier siège de la Custodie de Terre Sainte. L'Esprit Saint rend possible, aujourd'hui encore, la mission de l'Eglise et notre mission. En ce lieu de la Pentecôte, nous demandons une nouvelle effusion de l'Esprit pour l'Eglise, pour cette Terre Sainte aimée de Dieu, pour les peuples qui l'habitent, pour notre mission en tant que Custodie de Terre Sainte ».

Beatrice Guarrera