Collecte Pro Terra Sancta, interview du Cardinal Sandri

“Un geste de solidarité pour soutenir les lieux saints et les besoins des confrères de la terre de Jésus” a déclaré le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, à quelques jours de la Collecte Pro Terra Sancta, la collecte des offrandes qui se déroule dans toutes les églises du monde et destinée aux chrétiens du Proche-Orient. Elle se tient habituellement le vendredi saint, mais cette année, à cause de l’urgence du Covid, elle a été reportée au 13 septembre.

S. Em. Card. LEONARDO SANDRI
Préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales
«Nous avons dû repousser le jour de la Collecte Pro Terra Sancta, ordonnée par Paul VI et promue par tous ses successeurs, ainsi que par le Pape François. Nous avons pensé que nous aurions pu faire cette collecte avec plus de sérénité – peut-être avons-nous été trop optimistes – pendant le mois de septembre, à l’occasion de la fête de l’Exaltation de la Croix, le 13 septembre. Depuis peu, nous célébrons également Marie des Douleurs. Cette proximité avec la croix du Christ nous paraissait une date – que le Pape François a approuvé – très significative, parce qu’elle nous ramenait évidemment non pas au vendredi saint – qui serait le jour où la collecte est habituellement tenue – mais à la croix du Christ, à son exaltation, à la découverte des reliques de la croix du Christ.»

Le préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales, qui a visité plusieurs fois la Terre Sainte ces dernières années, n’a pas manqué de rappeler la mission tout à fait particulière des frères franciscains, engagés depuis 800 ans à garder les lieux saints au nom de l’Église catholique. C’est une contribution importante pour l’entretien des sanctuaires, mais aussi des écoles, des paroisses, des activités sociales gérées par la Custodie de Terre Sainte, qui vient chaque année de la collecte.

S. Em. Card. LEONARDO SANDRI
Préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales
«La Terre Sainte est sainte surtout parce que Jésus y a mis les pied. Les franciscains de la Custodie de Terre Sainte sont ceux qui soignent les lieux où Jésus a mis ses pieds et ses mains.
Nous devons tous les remercier parce que, non seulement ils sont là, mais ils sont missionnaires envers nous tous qui arrivons dans les lieux saints et recevons des franciscains l’accueil, recevons d’eux la parole qui nous explique le mystère de Jésus, dans le lieu concret où Il a vécu, où Il a été.»

Certes, cette année, l’appel à donner tombe dans une situation tout à fait particulière, avec le monde engagé à faire face aux conséquences de la pandémie du Coronavirus. Toutefois, c’est le cardinal Sandri lui-même qui fait remarquer qu’à une époque où il est difficile de voyager, il peut naître un “pèlerinage de la générosité”.

S. Em. Card. LEONARDO SANDRI
Préfet de la Congrégation pour les Églises Orientales
«Nous ne sortirons de ce terrible fléau que par la solidarité. C’est pourquoi, elle est importante la générosité du pauvre, de l’humble, du riche… de tous, qui donnent ce qu’ils peuvent pour la survie des lieux saints de Jésus, et donc pour la présence vivante de Jésus que nous avons tous pu vivre lors de notre pèlerinage physique en Terre Sainte qui, aujourd’hui, en raison de ces circonstances, se transforme en un pèlerinage de la prière, de l’esprit, de l’invocation et de la générosité pour contribuer au soutien de tous les lieux saints et à tous les besoins de nos confrères de la terre de Jésus. »

 

 

Christian Media Center