Bethléem : "L'Épiphanie est la manifestation de la famille des enfants de Dieu".

Selon le calendrier liturgique de l'Église universelle, les 5 et 6 janvier sont les jours consacrés à la célébration de l'Épiphanie du Seigneur, la fête de la première manifestation du Seigneur incarné dans le monde, exprimée par la visite des trois Rois Mages qui l'honorent en apportant leurs dons à la grotte où Jésus est né. Pour la deuxième année consécutive, la célébration n'a été suivie que par les chrétiens locaux en raison des restrictions anti-Covid-19 toujours en vigueur. 

Les célébrations, qui se sont déroulées sur deux journées, ont commencé par une rencontre avec les fidèles de la paroisse de Saint-Sauveur à Jérusalem, au couvent Saint-Sauveur, et se sont poursuivies avec une procession jusqu'au monastère orthodoxe de Mar Elias où une délégation de la paroisse de Beit Jala, une banlieue de la ville de Bethléem, attendait le cortège.

Après avoir franchi le poste de contrôle frontalier entre Jérusalem et Bethléem, à la hauteur de la tombe de Rachel, exceptionnellement ouvert en ce jour de fête, le Custode de Terre Sainte, le Frère Francesco Patton, accompagné d'une délégation de Franciscains et de plusieurs groupes de scouts, a commencé l'entrée solennelle en parcourant le "Chemin de l'Étoile" pour rejoindre la Place de la Mangeoire. "A Noël, les bergers rendent visite à Jésus", a déclaré le Custode après l'entrée solennelle dans l'église Sainte-Catherine. "Pour l'Épiphanie, cependant, c'est le monde entier. En ce jour, Bethléem est le cœur du monde. Nous sentons la souffrance du monde entier, de ceux et celles qui n’ont pas pu venir, mais l'Enfant Jésus est néanmoins le Sauveur du monde, et Il rend frères et sœurs les hommes et les femmes ", quelles que soient leur ethnie, leur langue ou leur nationalité.
 

Traditionnellement, la Custodie de Terre Sainte célèbre ces deux journées à Bethléem, lieu de la naissance de Jésus, selon un schéma liturgique et festif consolidé, grâce également au statu quo qui régit les célébrations en concomitance avec la célébration annuelle de Noël des églises orthodoxes, qui tombe le même jour. 

Le 6 janvier, la célébration latine a débuté à l'église Sainte-Catherine, et a été présidée par le Custode de Terre Sainte. "Le jour de l’Epiphanie, nous contemplons la manifestation de l'église en tant que famille qui accueille tous les peuples de la terre, ainsi que l’intersection de deux chemins", a déclaré le Frère Patton lors de son commentaire de l'évangile.

" Le chemin des Rois Mages, image de toute l'humanité, de tous les peuples qui sont, depuis toujours, à la recherche de l'enfant né à Bethléem. Et, dans la solennité de l'Épiphanie, le chemin parcouru par l'humanité à la recherche de Dieu croise le chemin de Dieu à la recherche de chacun et de chacune d'entre nous, un chemin beaucoup plus long, plus exigeant et plus coûteux."

"Lorsque nous célébrons l'Épiphanie, rappelons-nous que nous cherchons Dieu, mais que Dieu est à la recherche de chacun et de chacune d'entre nous et qu'Il est prêt à faire un chemin beaucoup plus exigeant que celui de chacun d'entre nous. Dans cette rencontre, la miséricorde de Dieu se manifeste envers chacun et chacune d'entre nous".

Alors que les fidèles et les représentants des différentes confessions orthodoxes, lesquelles suivent le calendrier julien, commençaient leurs célébrations de Noël par leurs entrées solennelles respectives dans la basilique de la Nativité, à quelques mètres de là, la grande épiphanie des chrétiens latins se poursuivait avec les Secondes Vêpres solennelles dans l'église Sainte-Catherine. Le point culminant de la célébration a été le traditionnel tour du cloître de Saint-Jérôme, devant la basilique, avec la remise d'encens et de myrrhe aux fidèles qui avaient afflué pour la cérémonie.

"Jésus nous demande d'être accueilli dans chaque personne que nous rencontrons, car depuis qu'il s’est fait enfant, il s'identifie dans le visage de chacun d'entre nous, sans distinction de peuple, de culture, de langue, de nation" a conclu le Custode dans son homélie matinale. "Et c'est pour cette raison que nous pouvons vraiment nous réjouir ensemble, parce que dans cette fête, il nous est montré que nous sommes une seule famille : la famille des enfants de Dieu".


 

Giovanni Malaspina