Bethléem: nouveaux fonts baptismaux retrouvés

Depuis quelques jours, le comité palestinien chargé de la restauration de la Basilique de la Nativité de Bethléem, a annoncé la découverte de « fonts baptismaux », durant les travaux en cours depuis plus de cinq ans et réalisés par l’entreprise italienne Piacenti S.p.a.

L’archéologue Elisa Frosi de l’entreprise Piacenti a décrit les opérations et les phases de travail : « Dans le projet de restauration, nous commençons toujours par une étude historique de l’élément » a-t-elle débuté « après cela, on procède par phases : le polissage pour essayer de comprendre la situation réelle, puis une recherche de toutes les composantes de l’élément ». L’entreprise n’avait pas prévu de retrouver ces nouveaux fonts baptismaux : l’équipe était en train de restaurer le baptistère octogonal situé sous la nef droite de la Basilique. Après avoir retiré le couvercle métallique centrale, on a retrouvé un grand plâtre de ciment, montrant donc de manière évidente qu’il y avait autre chose en-dessous. « En voyant la pierre blanche » a déclaré Elisa Frosi « nous avons tout arrêté et avons procédé lentement pour comprendre de quoi il s’agissait et nous nous sommes retrouvés face à ces nouveaux fonts baptismaux ».

De nombreux fragments en verre et céramique ont été trouvés et retirés pour mettre l’élément en sécurité, des gazes ont été appliquées pour consolider temporairement la structure. L’aspect le plus important du travail de l’équipe de l’entreprise Piacenti émane du groupe d’experts qui travaillent ensemble, avec la possibilité d’intégrer différentes connaissances : le staff de la Basilique est composé de sept restaurateurs, et deux jeunes locaux, et chaque opération est suivie par l’équipe qui supervise les travaux, composée d’architectes, d’ingénieurs et d’autres restaurateurs. Dans de tels cas, l’entreprise Piacenti s’adresse aussi à d’autres spécialistes. C’est ce qu’elle fera avec le professeur Michele Bacci, ordinaire de l’Université de Fribourg et expert historique de la région méditerranéenne et des communautés chrétiennes du Moyen-Orient. « Nous sommes en train de creuser de façon stratigraphique » a déclaré l’archéologue Elisa Frosi « nous creusons et cataloguons le matériel qui sera étudié et analysé ; à partir de cela, nous aurons des données et, en les croisant avec la recherche historique et l’avis de l’historien, on espère réussir à obtenir une datation approximative ». 

Le Chef du comité palestinien chargé de la restauration de la Basilique de la Nativité, Ziad Al Bandak, a dit que les fonts « étaient la première découverte importante, à ce niveau, dans la Basilique de la Nativité. Il y en a eu d’autres, mais elles n’étaient pas aussi magnifiques et dans ces excellentes conditions ». Al Bandak a déclaré que les travaux continueraient et que, bientôt, on procèderait à l’évaluation des experts pour réussir à dater avec certitude les fonts retrouvés dont aucune information sûre n’existe au niveau historique dans les sources concernant la Basilique.


Giovanni Malaspina