Bethléem: le souvenir du massacre des innocents ordonné par Hérode

Aucune douleur n'ébranle et ne met à l'épreuve la résilience de notre sensibilité humaine et de notre foi autant que la douleur de l’innocent. Humainement insupportable. Les Saintes Écritures et la foi de l'Église nous assurent cependant qu'aucune larme n'est versée sans qu'elle ait une valeur inestimable aux yeux de Dieu. Le sang des enfants tués en Judée par la folie égoïste d'Hérode était si précieux, et le cri des larmes de leurs mères et de leurs pères était si fort, que nous célébrons aujourd'hui ces victimes innocentes avec les titres glorieux de sainteté et de martyre.

Le 28 décembre, l'Église commémore le massacre des enfants de Bethléem, ordonné par le roi Hérode dans le but de tuer Jésus, comme le relate l'Évangile de Matthieu (2,1-16). Trois jours avant Noël, les frères franciscains de la Custodie de Terre Sainte ont commémoré cet épisode biblique dans la Grotte des Saints Innocents, reliée par un passage à la Grotte de la Nativité à Bethléem. 

La tradition place la tombe des Saints Innocents à l'endroit où se trouvait probablement une fosse commune. À quelques mètres de là se trouve la grotte de Saint-Joseph, où l'ange aurait parlé à Joseph en rêve, lui ordonnant de fuir en Égypte et de sauver Jésus de la fureur d'Hérode. La messe dédiée à la commémoration des Saints Innocents a été célébrée sur l'autel de Saint Joseph par le Vicaire de la Custodie de Terre Sainte, le Frère Dobromir Jasztal. Étaient également présents la fraternité franciscaine de Bethléem, dont le gardien du couvent de la Nativité, le Frère Enrique Segovia Marì, ainsi que quelques fidèles et religieux locaux.

" La célébration de la fête des Saints Innocents, que nous commémorons en ce lieu si proche de la naissance de notre Sauveur, nous invite de manière très éloquente à réfléchir sur la vie de ceux qui rejettent Jésus et sur celle de ceux qui, au contraire, l'accueillent ", a déclaré le Frère Dobromir Jasztal dans son homélie. Hérode ne se joint ni aux bergers ni aux Mages pour chercher Jésus et se réjouir de sa naissance. Il est resté dans les ténèbres de son propre cœur et a semé la destruction. La mort des lnnocents, décrétée par Hérode, révèle la méchanceté du pécheur qui sème la haine et la mort, alors que l'amour du juste innocent comme Jésus porte des fruits de vie et de salut".

Le Vicaire de la Custodie de Terre Sainte a souligné que le chemin de notre vie est toujours accompagné de lumière et de ténèbres, dont la source peut être externe, comme les pandémies ou les guerres, ou interne, comme la méchanceté humaine. Hérode vit et meurt dans les ténèbres, sans jamais voir la vraie lumière, poursuit le Frère Jasztal, alors que Marie et Joseph acceptent avec générosité la volonté de Dieu et l’accomplissent. Jésus est la lumière du monde et illumine la vie de tous ceux qui sont prêts à l'accepter, jusqu'à ce qu'il nous atteigne nous aussi, pour nous faire choisir de marcher dans la lumière ou d'être vaincus par les ténèbres". Le Vicaire de la Custodie de Terre Sainte a conclu par une prière : "Par l'intercession des Saints Innocents, prions le Seigneur, afin qu'il nous donne toujours la force de nous libérer de notre égoïsme et le courage de voir en chaque être un frère à aimer et non une menace à craindre".


 

Beatrice Guarrera