Une exposition de la Bibliothèque de la Custodie pour célébrer Léonard de Vinci

L’exposition “Five Centuries since Leonardo da Vinci (1519-2019). Science and Technology in the Renaissance books owned by the Library of the Custody of the Holy Land in Jerusalem” a été inaugurée le lundi 4 novembre et restera ouverte au public jusqu’au vendredi 8. Elle célèbre la grandeur de Léonard de Vinci 500 ans après sa mort. L’exposition, qui a lieu au salon de la Curie de la Custodie au Couvent Saint Sauveur à Jérusalem, se développe à partir d’une trentaine de volumes qui sont conservés à la Bibliothèque Générale de la Custodie de Terre Sainte. Publiés entre le XVème et le XVIIème siècles en Europe, ils témoignent encore aujourd’hui de l’énorme évolution du savoir entre le Moyen-Age et la Renaissance.

« Les volumes exposés ont un lien avec Léonard de Vinci, car ils traitent de thématiques qui lui étaient chères » a expliqué le Prof. Edoardo Barbieri, professeur à l’Université Catholique du Sacré Cœur de Milan et directeur de « Livres, Ponts de Paix », projet du CRELEB (Centre de recherche Européen, livre, édition, bibliothèque) au sein duquel se développe l’exposition, en collaboration avec l’ATS pro Terra Sancta. Les visiteurs sont guidés dans le parcours divisé en sections thématiques : sciences de la terre, géographie et astronomie, botanique et zoologie, médecine, géométrie et architecture.

« Il se peut que Léonard ait lu certains de ces livres, car ils circulaient à son époque », poursuit le Prof. Barbieri. « Par exemple, il devait connaître le livre De Sphaera Mundi car c’était le manuel de base d’astronomie et tout le monde le connaissait. Ce sont des livres qui abordent le monde culturel de Léonard et ce qui advint après lui ».

Le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, le Directeur de la Bibliothèque, Fr. Lionel Goh, et le directeur des Biens Culturels de la Custodie, Fr. Stéphane Milovitch, étaient également présents à l’inauguration.
« Je voudrais rappeler que l’un des plus importants collaborateurs de Léonard de Vinci était un franciscain, Luca Pacioli, érudit en géométrie et mathématiques », a dit Fr. Lionel. « Par sa connaissance du grec et du latin, Pacioli aida énormément Léonard qui ne lisait pas ces deux langues anciennes. Cela permet de souligner le lien très fort entre la figure du scientifique italien et les franciscains ».
Notre exposition se clôt justement par la reproduction anastatique d’un texte de Luca Pacioli, offerte par l’avocat Paolo Tiezzi et apportée à Jérusalem par le Prof. Barbieri et ses étudiants qui collaborent avec lui depuis longtemps. C’est justement à eux que le professeur a exprimé sa gratitude pour l’organisation de l’exposition et le travail sur le catalogue.

« Cette exposition témoigne de l’ouverture du monde franciscain à toutes les sciences et permet de voir des volumes qui ont résisté au temps » a commenté le Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton. 
On peut visiter l’exposition jusqu’au 8 novembre de 9h à 18h - l’entrée est  libre - au salon de la Curie de la Custodie au Couvent Saint Sauveur à Jérusalem.

Beatrice Guarrera