Saint Antoine de Padoue : la Custodie de Terre Sainte célèbre son saint patron

Une histoire séculaire relie la Custodie de Terre Sainte à saint Antoine de Padoue : l'intercession du saint a depuis toujours été fondamentale dans la vie des franciscains de Terre Sainte. En 1920, le pape Benoît XV proclama saint Antoine comme patron de la Custodie, une reconnaissance qui scella officiellement le lien déjà fort de la Custodie avec le saint de Padoue. Chaque 13 juin, fête du saint, au couvent franciscain de Jérusalem, est en effet un jour de grandes célébrations. Cette année, lors de la messe en l'église Saint-Sauveur de Jérusalem, diverses autorités religieuses et civiles étaient présentes : des représentants des principales communautés chrétiennes de Terre Sainte, ainsi que des diplomates, dont le Consul Général d'Italie à Jérusalem, Giuseppe Fedele.

« Nous célébrons aujourd'hui, avec joie et solennité, la fête de saint Antoine, que la liturgie nous présente comme un remarquable prédicateur et un intercesseur dans les moments de détresse - a déclaré le Custode de Terre Sainte dans son homélie -. Au cours de cette dernière année très difficile de pandémie et de tensions, nous, frères de la Custodie, avons ressenti de manière particulièrement forte l'intercession de saint Antoine, à qui nous nous sommes confiés de manière particulière ».

Le saint Patron de la Custodie, selon le Custode, fr. Francesco Patton, est un bel exemple de ce que signifie incarner le mandat missionnaire confié par Jésus aux Apôtres : « Allez dans le monde entier et prêchez l'Evangile à toute créature ». Antoine, en effet, après avoir consacré tant d'années à l'apprentissage et à l'étude des Écritures, allait consacrer les six dernières années de sa vie à proclamer l'Évangile à tous, y compris à toutes les créatures. « Antoine nous invite à proposer la foi chrétienne et le mystère de Jésus-Christ dans sa totalité, dans son organicité, dans sa plénitude - a expliqué fr. Patton -. Antoine ajoute également l'aspect de la qualité personnelle du témoignage ». Le Saint de Padoue, cependant, n'est pas seulement un prédicateur, mais aussi un intercesseur dans les besoins et les nécessités et, en cela aussi, il incarne très bien la mission confiée par Jésus aux Apôtres de chasser les démons et d'imposer les mains aux malades.

« Par l'intercession de saint Antoine, demandons alors au Seigneur d’être capables, nous aussi, d'accueillir l'Évangile dans sa plénitude, sans coupures ni ajouts, sans le vider de son radicalisme provocateur et sans l'édulcorer pour être à la mode », a conclu fr. Francesco Patton (ici le  texte intégral de l’homélie).

A la fin de la messe, le Custode de Terre Sainte a prononcé, comme chaque année, devant la statue du Saint, la prière de consécration de la Custodie à Saint Antoine.  

Contrairement à l'année dernière où des restrictions étaient encore en vigueur en raison de la pandémie, cette année, les paroissiens, qui sont particulièrement dévoués à Saint-Antoine, ont pu participer. Deux enfants de la paroisse ont également été bénis par le prêtre et leurs parents ont demandé la protection de saint Antoine : comme symbole du vœu exprimé par leurs parents, ils porteront pendant un an un petit habit franciscain, le même que celui de saint Antoine.

Dans l'après-midi du 13 juin, les franciscains de la Custodie de Terre Sainte se sont à nouveau réunis dans l'église Saint-Sauveur pour la prière des Vêpres

« La fête de notre saint patron doit nous stimuler et nous inciter à l'imiter », a déclaré le Custode de Terre Sainte aux frères. En particulier, fr. Patton a voulu se concentrer sur deux aspects mis en évidence par saint Antoine dans ses Sermons : l'importance de se rassembler autour de Jésus-Christ et l'importance de se rassembler autour de nos frères en difficulté.

Le Custode a ensuite ajouté : « Par l'intercession de saint Antoine, notre saint patron, que le Seigneur accorde à chacun de nous la capacité de voler avec le Christ, en le gardant toujours au centre de notre vie personnelle et fraternelle. Il a été le premier à s'envoler vers nous, se faisant ainsi l'un des nôtres. Et nous cherchons à nous envoler vers lui : le vol de sa suite, le vol vers le haut, qui est celui par lequel nous nous engageons à suivre les traces de notre Seigneur Jésus-Christ, en vivant dans l'obéissance, sans rien qui ne nous appartienne et dans la chasteté comme nous l'avons promis. Que le Seigneur nous accorde de savoir faire aussi le vol vers le bas, pour relever le frère tombé, dans sa vocation ou en crise, ou qui vit mal son engagement de vie chrétienne. Que le Seigneur nous accorde la grâce de savoir nous garder les uns des autres, de savoir nous occuper des faibles et des blessés de notre fraternité ».

En souvenir de la charité du Saint envers les pauvres, la fête s'est terminée par la distribution du pain de saint Antoine.


 

Beatrice Guarrera