Restaurations à la tombe de Lazare : la visite du consul italien à Béthanie

Un nouveau pas en avant dans la redécouverte et la relance de Béthanie, l’arabe Al-Azariya, le village de Marthe, Marie et Lazare. Après cinq mois de travaux, profitant de l’absence de visiteurs due à la pandémie du Coronavirus, la tombe dans laquelle Jésus fit ressusciter l’ami Lazare resplendit d’une nouvelle lumière.

OSAMA HAMDAN
Coordinateur du projet “Béthanie Hospitalière”
«L’objectif principal était surtout celui d’améliorer la visite pour les pèlerins, en particulier pour les moins chanceux d’entre nous qui sont plus anciens et ont de la difficulté pour accéder au lieu. Mais aussi celui d’améliorer le climat à l’intérieur de la tombe, parce qu’il y avait une grande humidité et une atmosphère non confortable : nous avons cherché avec les moyens technologiques à améliorer la visite et aussi la prière à l’intérieur de la tombe de saint Lazare.»

Parmi les découvertes, figurent deux ossuaires contenant quelques ossements, encore à étudier et à dater avec précision.
Bien que la chose la plus précieuse reste les reliefs et les études à effectuer pour approfondir la connaissance d’un site archéologique vraiment complexe. Au cours des siècles, quatre églises ont vu le jour près de la tombe de Lazare qui, depuis le XIVe siècle, jouxte la mosquée Al-Uzeir. Seulement deux siècles plus tard, les frères franciscains ont creusé le nouvel accès, celui justement récemment restauré.

Le consul général d’Italie à Jérusalem est arrivé pour visiter toute la zone concernée par le projet « Béthanie Hospitalière », porté en avant depuis trois ans par le Mosaic Center de Jéricho et par l’association « Pro terra Sancta » avec le soutien de l’Agence Italienne pour la Coopération et le Développement

GIUSEPPE FEDELE
Consul Général d’Italie à Jérusalem
«Mon impression est avant tout de la fierté, parce que je crois qu’ici, l’Italie, avec ses financements, avec les financements de la Coopération Italienne, promeut un projet d’un très grand intérêt et d’un très grand potentiel. Le site a un énorme intérêt historique, archéologique et monumental, et représente aussi aujourd’hui un beau témoignage de cohabitation, de coexistence et de dialogue entre les religions, vu que cohabitent un site religieux musulman et une série de sites chrétiens.»

ISSAM FAROUN
Maire de Béthanie
«C’est un jour très important pour nous, pour développer l’unité entre les musulmans et les chrétiens. Dans notre mentalité, ici, est très présent le concept de « retour à la vie ». Nous voulons sauver ce patrimoine, duquel nous sommes très fiers. Pour cela, nous sommes très reconnaissants au gouvernement et à la Coopération Italienne, à « Pro Terra Sancta » et à toute l’équipe des personnes qui ont mené ces importants travaux, et nous entendons continuer à construire dans le futur l’unité de la ville antique d’Al-Azariya.»