Professions solennelles : les peuples de la terre en une seule fraternité

Les frères, qui ont fait leur profession solennelle le dimanche 11 octobre à Jérusalem, viennent de neuf pays différents : le Congo Kinshasa, le Congo Brazzaville, l’Italie, la Syrie, le Mexique, le Brésil, le Pérou, la Colombie, l’Afrique du Sud. Les seize franciscains ont remis entre les mains du Custode de Terre Sainte, fr. Francesco Patton, leur vœu à Dieu de vivre jusqu'à la mort dans l'obéissance, sans rien avoir en propre et dans la chasteté, selon la Règle de l'Ordre des Frères Mineurs. La célébration a eu lieu dans l'église de Saint-Sauveur à Jérusalem, à huis clos, en raison de la pandémie de Coronavirus et du confinement en cours en Israël. Du monde entier, les parents et amis des profès solennels ont pu suivre la Messe en direct sur la page Facebook de la Custodie de Terre Sainte et du Christian Media Center.

« Cette période que nous traversons est un temps qui nous entraîne à vivre notre vocation en apprenant à rester dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, plutôt que d'essayer d'y échapper - a déclaré le Custode de Terre Sainte dans son homélie -. C'est un temps qui nous éduque à l'obéissance, car il nous force à accepter les circonstances dans lesquelles nous sommes. C'est un temps qui nous apprend à vivre avec sérénité et joie franciscaine le fait de vivre sans rien avoir en propre, car nous nous rendons compte que dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous ne sommes maîtres de rien, mais nous devons accepter des limites, des renoncements, et aussi vivre cette journée d'une manière différente de ce que nous avions imaginé. C'est un temps qui nous apprend aussi quelque chose sur la chasteté, sur la valeur de notre corps et sur la capacité de nous offrir entièrement au Seigneur ».

Fr. Francesco Patton a ensuite déclaré qu'il a vu s’accomplir, chez les profès solennels et dans la célébration, le rêve de Dieu dont ont parlé le prophète Isaïe ainsi que Jésus dans l'Evangile : « Le rêve de voir monter à Jérusalem tous les peuples de la terre et devenir une seule fraternité, représentée par vous car vous venez bien de quatre continents différents, pour participer au banquet de noces préparé pour nous par le même Seigneur ». Fr. Francesco Patton a ensuite souligné que l'appel reçu par les seize frères était un don de Dieu et que bien qu'il soit exigeant, il sera possible d'y être fidèle car « c’est Lui qui nous le rend possible » (ici l'homélie complète).

Avant leurs vœux perpétuels, les frères se sont prosternés à terre devant l'autel et ont demandé, avec l'assemblée, l'intercession de tous les saints. Ils se sont ensuite agenouillés pour prononcer leurs vœux solennels, accompagnés de leurs parrains. A la fin de la messe, quelques frères ont voulu remercier, au nom de tous, les familles, les formateurs et en particulier fr. Donaciano, maître des étudiants, et tous les Ministres provinciaux des différentes Provinces auxquelles appartiennent les nouveaux profès et qui n'ont pas pu assister à ce moment important.  

« Le chemin parcouru jusqu'à présent a été marqué par plusieurs moments - a déclaré fr. Andrea, l’un des profès solennels -. Moments de joie, de fatigue, d’attentes et d’espérance, mais toujours en relation constante avec le Seigneur dans une confiance et un abandon total, dans l'émerveillement et l'étonnement, en disant comme Pierre : "Voici que nous avons tout quitté et que nous t'avons suivi" ». Face à la promesse du Seigneur à Pierre de donner le centuple en même temps que les persécutions (Mc 10, 28-31), les frères ont prié : « Voici, Seigneur, fais de nous ce qui te plaît, donne-nous la grâce d'être prêts pour tout, mais toi, Seigneur, ne t'éloigne pas un seul instant de nous ».

 

Beatrice Guarrera