Pro Terra Sancta : soutien à la Custodie en temps de pandémie

A day of training in producing protective masks, within the project “Active Women Against Covid-19”
A day of training in producing protective masks, within the project “Active Women Against Covid-19”

« Nos bienfaiteurs ne nous ont jamais abandonnés, il y a même eu une plus grande proximité ». C'est ainsi qu’Andrea Avveduto, responsable de la communication pour l'association Pro Terra Sancta, raconte cette période marquée par l'urgence de la Covid-19. L'ONG, qui soutient de nombreuses initiatives de la Custodie de Terre Sainte, a répondu rapidement aux urgences causées par l'arrivée de la pandémie dans les territoires où œuvrent les frères de Terre Sainte. « Les donateurs ont compris que nous traversions une période de difficultés au niveau mondial et nous avons immédiatement reçu de nombreux messages de soutien. Cela nous a surpris et réjouis », a poursuivi Andrea Avveduto.

« Je tiens à vous remercier pour ce que vous m'envoyez et parce que cela sert vraiment à marcher avec Lui et avec tous ceux qui L'aiment –  a écrit un donatrice –. Je ne suis pas riche, bien au contraire, mais parmi les quelques réalités avec lesquelles je veux partager ce que j'ai, il y a la Terre Sainte. Même si j'ai été enfermée à la maison à cause du virus, j'ai obtenu la permission d'aller à la Poste italienne et vous ai donc envoyé ma petite contribution. Restons unis dans la prière et le partage ».

A Milan, dans le bureau des projets de Pro Terra Sancta, de nouvelles initiatives ont été immédiatement mises en place, comme les réunions en ligne, qui sont devenues un moyen de rester proches des donateurs - en parlant de la situation de la Terre Sainte - ainsi qu’une nouvelle façon de faire des campagnes, à travers lesquelles on aide à financer des projets. Parmi les nouvelles initiatives soutenues, il y en a une à Bethléem qui a des femmes pour protagonistes: « Active Women Against Covid-19 », un projet financé par la F.A.I. (Fondation Assistance Internationale) et mis en œuvre par Pro Terra Sancta, qui vise à former du personnel capable de produire des masques de protection, à distribuer gratuitement aux œuvres sociales et d'assistance de Bethléem.

En attendant, les projets ordinaires de l'association Pro Terra Sancta se poursuivent, comme celui de la gestion de la crise de l’eau dans les Territoires palestiniens, ainsi que le chantier de Dar Majous, la maison d'accueil à Bethléem et les activités de formation professionnelle. « Nous n'avons pas arrêté, mais la Covid-19 nous a incités à faire plus – poursuit Andrea Avveduto de Pro Terra Sancta –. Nous voulons apporter un soutien à un système de santé fragile. Si nous distribuons des masques de protection aux personnes âgées, en garantissant un environnement sûr, cela allégera le système de santé palestinien qui est fragile ». En ces temps difficiles, l'ONG a également activé un numéro d'urgence à la disposition des malades pour ne pas les laisser seuls, en essayant de continuer entre-temps à garantir une aide concrète pour faire face aux frais médicaux de plus de 250 familles. 

Pro Terra Sancta, avec les fonds donnés par la Conférence Episcopale Italienne, a apporté une contribution de 30 000 euros à l'hôpital Saint-Joseph de Jérusalem-Est et d'environ 30 000 euros à l'hôpital BASR de Bethléem, afin de doter les deux établissements d'outils thérapeutiques de base et de pouvoir ainsi faire face à l'urgence sanitaire due à la Covid-19.

« Dernièrement, l'urgence la plus importante à laquelle nous devons faire face est celle de la Syrie, nous avons donc créé des campagnes supplémentaires –affirme Avveduto –. Nous espérions arriver à la deuxième phase des projets en Syrie, en recréant des activités commerciales et en lançant des formations professionnelles, mais nous nous rendons compte qu'aujourd'hui nous sommes toujours dans une situation d'urgence. Il n'y a plus de missiles qui tombent, mais il y a des ennemis qui font encore plus de morts : la faim et la misère. Le travail, pour l'instant, ne peut pas redémarrer, surtout en cette période de crise sanitaire ». De cette situation est née la nécessité de promouvoir des rencontres en ligne consacrées à la Syrie dans lesquelles sont intervenus des frères de la Custodie de Terre Sainte. En outre, nous ne pouvons pas oublier le soutien aux maisons d’accueil des réfugiés au Liban, un pays également en proie à une crise économique sans précédent.

A Jérusalem également, le soutien économique aux familles pauvres se poursuit, grâce à certains fonds collectés par l'association Gelmini

Ces derniers mois, l'association Pro Terra Sancta a également organisé une rencontre en ligne avec le Custode de Terre Sainte, Président de l'association, où il a évoqué l'une des difficultés du moment : les écoles de Terre Sainte. En cette période de fermeture des écoles, les parents ne paient plus de frais de scolarité et il est nécessaire de supporter ces frais d'une autre manière. « Avec la collecte du Vendredi Saint déplacée en septembre, les Casa Nova vides, les sanctuaires vides, le manque de pèlerins, notre association liée aux Franciscains de Terre Sainte s'est sentie le devoir de fournir une aide financière pour certaines des urgences de la Custodie – a conclu Avveduto de Pro Terra Sancta –  en commençant par les écoles, et, nous l’espérons à l'avenir, pour les Lieux Saints ».

 

 

Beatrice Guarrera