Le Président de l’Etat d’Israël Rivlin rencontre les chefs des Eglises

Photo by Mark Neyman/GPO on 30 December, 2019
Photo by Mark Neyman/GPO on 30 December, 2019

Le 30 décembre, le Président de l’Etat d’Israël, Reuven Rivlin, a organisé une rencontre avec les chefs des Eglises de Terre Sainte dans sa résidence pour les saluer et leur souhaiter de belles célébrations à venir suite aux premières qui ont déjà eu lieu.

Après les avoir reçus, les invités et le Président se sont rendus dans la salle de conférence pour y prononcer les discours. C’est le Président qui a pris la parole en premier. Dans son discours, il a parlé de la beauté de Jérusalem en cette période de fêtes, où chrétiens et juifs célèbrent leurs fêtes respectives liées à la célébration de la lumière qui vient de Dieu : Noël et Hanoukka. Reuven Rivlin a souligné l’importance des sanctuaires au cours des deux dernières années, qui ont été visités par plus de 900 000 touristes en 2018, estimant une augmentation significative en 2019. Il a ensuite rappelé le problème de l’antisémitisme, 75 ans après la libération du ghetto d’Auschwitz, et les célébrations qui auront lieu à Yad Va Shem. « Appelez la paix sur Jérusalem » a-t-il dit en citant le psaume 122, 6-7, après avoir condamné toute forme de violence à cause de la religion : « que la paix soit sur ceux qui vous aiment, que la paix soit dans vos murs, et la sécurité dans vos remparts », formulant le voeu que Jérusalem puisse être un modèle de paix et de coexistence entre les religions. Le Président a conclu son discours en invitant chacun à prendre des initiatives et à participer activement à cette coexistence.

Entrecoupés de quelques chants de Noël en arabe, les discours se sont poursuivis. « Ma maison s’appellera ‘Maison de prière pour tous les peuples’ » (Is 56, 7) : c’est par cette phrase que le Ministre de l’Intérieur de l’Etat d’Israël, Rav. Aryeh Makhlouf Deri, a introduit son discours, souhaitant que Jérusalem soit toujours plus ouverte aux différentes religions qui y vivent. Le Rav. Deri a ensuite poursuivi en rappelant le triste événement ayant eu lieu le 29 décembre dans la ville de Monsey, à 50 km de New York, au cours de la septième journée de Hanoukka, en soulignant l'importance de la lutte contre l'antisémitisme, qui sévit également aujourd'hui. En conclusion, le ministre a salué le travail des citoyens qui ont embelli et transformé la ville de Jérusalem en faveur du dialogue et de la solidarité entre les religions : « Jérusalem - a-t-il dit - est l’une des plus belles villes au monde ».

Le troisième à prendre la parole fut Théophile III, l'actuel patriarche grec-orthodoxe de Jérusalem, qui parla au nom de tous les chefs religieux chrétiens. Théophile III a commencé par exprimer son sentiment de gratitude tant pour le soutien que les autorités israéliennes offrent aux communautés chrétiennes, que pour le travail accompli ces dernières années en faveur de la tolérance religieuse et de la promotion du multiculturalisme. Le Patriarche grec a cité en exemple le travail réalisé en collaboration sur le site du Baptême, qui deviendra une oasis de paix et d'accueil pour tous.

La rencontre s’est terminé par un chant de Noël en anglais et en arabe qui a précédé les salutations.