Jérusalem: Solennité de saint François

san Francesco
san Francesco


En suivant le calendrier grégorien, on célèbre aussi en Terre Sainte le 4 octobre, la Solennité de saint François d’Assise, fondateur de l’Ordre des Frères Mineurs. Une fête spéciale en cette année qui clôt les festivités pour les 800 ans du pèlerinage de paix de François en Terre Sainte.

La présence franciscaine en Terre Sainte remonte au début de l’Ordre : selon la tradition, saint François demeura en Terre Sainte plusieurs mois entre 1219 et 1220, pèlerinant entre l’Egypte, la Syrie et la Palestine. C’est à cette période qu’il rencontre le Sultan Malik al-Kâmil, symbole d’un désir de dialogue, capable de dépasser les différences culturelles, soutenu par un amour libre et confiant en Dieu.

En communion avec l’Ordre entier et l’Église universelle, la solennité a débuté avec les premières vêpres de jeudi 3 octobre, célébrées à Jérusalem au Couvent de Saint Sauveur et présidées par Fr. Francesco Patton, Custode de Terre Sainte. Durant la prière, les frères en formation ont confirmé leur adhésion à l’Ordre en renouvelant leurs vœux dans les mains du Custode de Terre Sainte. La célébration s’est achevée par la lecture du Transit de saint François, le récit tiré des Sources Franciscaines racontant les derniers moments de la vie du Saint d’Assise. Au moment du récit de la mort de François d’Assise on a éteint les lumières de l’église qui est restée illuminée uniquement par la lumière des bougies des frères et des fidèles : signe que la mort n’est qu’un passage de la vie charnelle à la Vie Éternelle. 

Vendredi 4 octobre, la messe solennelle en l’honneur de Saint François a été présidée par le Préfet de la Congrégation pour les Eglises Orientales, le cardinal Sandri, contrairement à ce que prévoit la tradition à savoir que la célébration soit présidée par un dominicain. Le Cardinal, en commentant les textes, n’a pas manqué de citer cette tradition, en remerciant de leur attention les deux Ordres mendiants lui ayant concédé ce privilège qui rompt avec la tradition, pour souligner une relation plus forte avec l’Eglise Mère. « Partout où nous nous tournons, nous entendons un seul cri se lever vers Dieu : paix » a commenté le cardinal Sandri. « Malheureusement, nous continuons à voir seulement des gestes qui divisent, combattent, et en viennent même à tuer. Demandons l’intercession de saint François pour cette Terre aimée et pour le monde entier, spécialement pour tous ces lieux où la présence des franciscains, assujettis à toute créature par l’amour à Dieu, puisse devenir levain de réconciliation en vivant la mission ».


Giovanni Malaspina