Fraternité, cohabitation et acceptation: 800 ans de la rencontre de Saint François avec le Sultan

Projet culturel en cours entre chrétiens et musulmans au Terra Sancta College de Bethléem destiné à 470 étudiants de 14 à 18 ans

Le Terra Sancta College est la première école fondée à Bethléem, et sans doute l’une des premières écoles de la région. Le collège a ouvert dès le XVIème siècle grâce à l’ordre des Frères Mineurs Franciscains, qui ont débuté leurs activités éducatives dans la ville de Bethléem avec deux objectifs : d’une part apprendre aux enfants les fondements du christianisme, et d’autre part les langues étrangères, particulièrement l’italien et l’anglais, offrant ainsi aux jeunes la possibilité d’une vie différente. Aujourd’hui l’école compte environ 1180 étudiants dont 62% sont des étudiants chrétiens et environ 38% sont musulmans. Ces chiffres reflètent la composition sociale de la ville de Bethléem et sont aussi un exemple de la mission accomplie par les Franciscains qui garantissent l’instruction sans aucune discrimination.

« Nous sommes un, nous sommes frères et sœurs » a affirmé Linda Deklallah, professeur d’anglais et de religion musulmane « et ce projet contribue à nous le rappeler. Le Terra Sancta College de Bethléem symbolise au jour le jour la rencontre entre Saint François et le Sultan : nous ne nous sentons pas différents ». Le projet, initié en janvier 2019, a plusieurs objectifs : accroître la conscience de l’importance de la paix, de la cohabitation et de l’acceptation d’autrui ; améliorer l’idée de la formation interactive par des ateliers soit entre étudiants soit avec les enseignants ; la publication d’un certificat de fraternité, de cohabitation et d’acceptation, à partager en dehors de l’école pour servir d’exemple à la société. « Je pense que ce type de projet contribue à garder unie notre communauté » a commenté Nader Madbouh, l’un des étudiants impliqués « plus spécialement en ces temps difficiles et de conditions politiques et économiques particulières. Nous avons beaucoup de raisons d’émigrer, mais si nous sommes conscients de qui nous sommes, nous pourrons continuer à vivre en paix, comme nous l’avons toujours fait ».

Les différentes phases du travail ont conduit jusqu’à la remise du certificat de Fraternité. Elle a eu lieu le 30 janvier, en présence du Custode de Terre Sainte, Fr. Francesco Patton, du Patriarche émérite Mgr Micheal Sabbah, de l’Archevêque de Sebastia, Atallah Hanna, du Mufti de Bethléem, Abdelmagid Ata. Il y avait aussi des représentants de l’Autorité Palestinienne : le Ministre du Tourisme Rula Maaya, le Ministre des affaires religieuses musulmanes Yousef Dias, le représentant pour les affaires chrétiennes Hanna Issa, et le syndic de Bethléem Tony Salman. 

Fr. Marwan Di'des, Directeur du Terra Sancta College et promoteur de l’initiative, a expliqué que le projet se fondait sur la synthèse de plusieurs récits de la rencontre entre Saint François et le Sultan Al-Malek Al-Kamil que l’on trouve dans les Sources Franciscaines. Les participants au projet ont aussi vu le film « Le Sultan et le Saint ». Produit par UPF - Unity Production Fondation. « Cela a été un vrai défi – a affirmé Fr. Marwan – car les étudiants ne sont pas habitués à voir des documentaires, mais c’était important de le voir pour approfondir toujours plus le sujet ». Durant le projet, il y a eu aussi des moments de provocation, comme le visionnage du film libanais « Hala Lawain » (Maintenant où allons-nous) qui traite du fanatisme religieux aboutissant à la mort. Le 24 janvier un atelier a été consacré aux jeunes qui ont produit un document attestant de la nécessité de la cohabitation. « Notre but était de faire comprendre aux jeunes que le fanatisme religieux amène uniquement à la mort » a expliqué Fr. Marwan « pour avoir la paix il faut rechercher la paix, pour rechercher la paix, il faut la sagesse. C’est la sagesse qui conduit à la paix et pas uniquement l’amour fraternel ».

Saint François et le Sultan : en partant de l’exemple de ces deux figures capables de dialoguer en temps de guerre, les jeunes ont écrit une déclaration composée de 10 articles afin que l’on puisse continuer à bâtir une société unie et fraternelle.
Cette convention a été écrite à l’occasion du VIIIème Centenaire de la rencontre entre Saint François et le Sultan Ayyubid Al-Malek Al-Kamel en 1219.

Nous croyons que : 
1. Nous, êtres humains, nous sommes tous égaux devant Dieu.
2. L'éducation est l’élément de base sur lequel bâtir la paix.
3. La connaissance d’autrui est le fondement pour protéger nos différences et pour la fraternité.
4. La connaissance et la conscience de ce qui nous entoure, malgré les difficultés, nous donnent la capacité de survivre.
5. La véritable expérience de foi en Dieu est le chemin vers la paix. 
6. Les religions monothéistes sont un message céleste pour bâtir la paix.
7. La construction de véritables relations humaines est le principe fondamental de la cohabitation.
8. C’est dans l’ouverture d’esprit et dans l’acceptation d’autrui que prévaut le respect mutuel et que disparaissent les peurs.
9. Les initiatives fondées sur la sagesse sont fondamentales pour la stabilisation de la paix.
10. Les actions ayant des résultats concrets dans la vie des personnes sont à renforcer.

 

Giovanni Malaspina