Covid-19 : prière interreligieuse à Jérusalem

Une prière interreligieuse pour mettre fin à la pandémie de Covid-19. Cette initiative a été organisée le jeudi 26 mars par le conseil municipal de Jérusalem et a réuni à 12h30 les chefs des trois religions abrahamiques, ainsi que d'autres représentants religieux. Après le mot d’accueil du Maire de Jérusalem, les chefs des différentes confessions ont voulu prier à haute voix un par un. Pour les chrétiens, c'est le Patriarche grec orthodoxe Théophile III qui a pris la parole, avant un moment de prière silencieuse, où chacun a prié selon sa propre tradition. 

"Personnellement, j'ai récité le Notre Père, la prière que Jésus nous a enseignée et qui contient les mots "délivre-nous du mal", ce qui me paraît être le plus efficace en ce moment", a dit le Custode de Terre Sainte, père Francesco Patton, qui a participé à la réunion. Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, le Patriarche Grec orthodoxe et le Patriarche arménien Nourhan Manougian, le Grand-Rabbin sépharade de Jérusalem, Shlomo Moshe Amar et le Grand-Rabbin ashkénaze de Jérusalem, Aryeh Stern, étaient également présents ; ainsi que le Sheikh druze Muafak Tarif  et du côté musulman, Sheikh Muhammad Kevan et Sheikh Attel Atrash.

"Depuis que je suis à Jérusalem, c'est la première fois que l'on nous demande de nous rencontrer et, dans le respect de notre propre foi, de prier Dieu pour que la pandémie prenne fin", explique le Custode Francesco Patton. "Nous l'avions espéré car déjà dans l’une de nos lettres, nous, Chefs des Eglises responsables du Saint-Sépulcre, avions demandé à tous les fils d'Abraham et aux croyants des autres religions de s'unir dans la prière et d'invoquer la fin de la pandémie. La maladie elle-même nous ramène, les pieds sur terre, à notre condition de créatures. Même si certains ont cultivé le délire de la toute-puissance dans une interprétation scientifique ou des capacités humaines, ce type d'expérience nous ramène malheureusement à la nudité d'Adam, à l'expérience directe et immédiate de la fragilité humaine".

"Jérusalem est sainte pour le monde entier et nous sommes venus ici pour un problème commun", a déclaré le Maire de Jérusalem, Moshe Lion. "Peu importe que nous soyons chrétiens, juifs ou musulmans, nous prions Dieu de nous aider et il n'y a pas de différence entre les gens. J'espère que ce que nous avons fait aujourd'hui contribuera à faire disparaître le coronavirus du monde entier".


 

Beatrice Guarrera

Pictures ©Nadim Asfour